Aller au contenu principal

5 Cuma tarnaises montent un projet photovoltaïque pour diminuer les charges de mécanisation

Le Paysan Tarnais a réalisé un dossier complet sur la production d'énergie photovoltaïque dans son édition du 17 septembre. Extrait.

C'est sur cette partie arrière de la toiture du bâtiment de la Cuma de St-Antonin que seront installés les panneaux photovoltaïques.
C'est sur cette partie arrière de la toiture du bâtiment de la Cuma de St-Antonin que seront installés les panneaux photovoltaïques.
© Le Paysan Tarnais

La Cuma de Saint-Antonin de Lacalm, la Cuma du Ruisseau d'Agros, la Cuma drainage, la Cuma des deux Monts et la Cuma du  pays d'Agoût ont créé la SAS "Les 5 soleils". Le Paysan Tarnais a rencontré Mathieu Gasc, éleveur de brebis laitières à Saint Antonin de Lacalm et représentant de la Cuma de Saint Antonin au sein de la SAS.

- Quelles sont les motivations qui ont guidé vos Cuma vers le photovoltaïque ?
Mathieu Gasc : Je pense que la première raison qui a poussé les Cuma à aller vers le photovoltaïque reste environnementale. Les nouvelles technologies comme les panneaux photovoltaïques permettent de valoriser nos surfaces de toitures tout en contribuant au respect de l'environnement. Nous ne cachons pas que l'intérêt financier est là aussi : les Cuma qui se lancent dans le projet comptent bien pouvoir soulager leurs trésoreries et alléger notamment les charges hangar. Nous sommes bien dans l'objectif de la Cuma de diminuer les charges de mécanisation pour maintenir la compétitivité des exploitations agricoles. Des projets photovoltaïques naissent un peu partout en France dans les Cuma. Dans le département, nous nous penchons sur le sujet depuis presqu'un an : les premières réunions de sensibilisation, organisées par la fédération départementale, se sont déroulées en novembre.

- Pour ce projet, vous êtes donc cinq Cuma rassemblées dans une SAS ?
M. G. : Oui. Les Cuma restent propriétaires des hangars, qui ont été "divisés" en isolant le lot toiture mis à disposition de la société par actions simplifiée (SAS) dans le cadre d'un bail emphytéotique. La SAS "Les cinq soleils" loue donc les toitures des hangars aux Cuma. Cette forme juridique permettait de nous rapprocher au maximum de notre fonctionnement de Cuma. Nous avons un bureau, un conseil d'administration, etc. Nous avons été très attentifs à la rédaction des statuts afin de rassurer les adhérents de chaque Cuma derrière. Aucune personne physique n'apparaît par exemple comme sociétaire : ce sont les Cuma qui sont membres de la SAS. Aucune mise de fonds n'est demandée aux adhérents, s'il y a des investissements à réaliser, ils seront faits sur les fonds propres de chaque Cuma.

- Où en êtes-vous dans l'avancement du projet ?
M. G. : Les études de faisabilité ont validé la productivité de nos toitures de hangar. Nous devrions avoir très prochainement l'accord d'ERDF pour le contrat d'achat. Nous avons procédé à un appel d'offres pour les entreprises et nous avons arrêté notre choix. Nous sommes heureusement très entourés pour ce projet. Solagro nous guide dans toute cette partie technique. La FDCuma réalise tout l'accompagnement administratif. De notre côté, c'est pour l'instant pas mal de temps et de réunions. Mais quand tout sera en place, ça devrait rouler tout seul et nous demander moins d'énergie !

- Quand pensez-vous que les panneaux devraient entrer en fonctionnement ?
M. G. : Idéalement début 2010. Mais toutes les démarches sont très longues, même s'il faut reconnaître que les choses ont beaucoup évolué depuis quelques mois autour du photovoltaïque. Et encore, nous sommes tous partis sur des installations de moins de 36 kW pour que ce soit plus simple ! Tout reste à négocier avec les banques et c'est quand même un point vraiment stratégique. ERDF doit aussi nous dire si tout va coller pour les transformateurs, la capacité des réseaux actuels, etc. Et cela pour chacune des Cuma... Bref, pas mal de facteurs peuvent encore retarder la mise en route des panneaux. Mais nous espérons bien sûr que cela se fasse le plus vite possible !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le plus court chemin pour se régaler à la cantine
La dixième édition du salon Rest & Co a permis aux producteurs et transformateurs tarnais de rencontrer les acheteurs de la…
L'élevage bovin tarnais à l'honneur sur les concours
Voici les résultats obtenus par les élevages tarnais engagés dans les concours nationaux blonde d’Aquitaine, gasconne des…
Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais