Le Paysan Tarnais 10 octobre 2019 à 08h00 | Par D. Monnery

Des balles roses pour lutter contre le cancer du sein

Octobre rose revient avec son lot d’animations pour lutter contre le cancer du sein. Des agriculteurs participent à leur manière en ayant recours au film d’enrubannage rose. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © A Alban. Chez Alexandre Ducros à Monestiés. © Le Paysan Tarnais

Si vous voyez des éléphants roses dans les champs, c’est inquiétant. Mais si vous apercevez des balles d’enrubannage roses, pas de panique, c’est normal, et vous allez sans doute même en voir de plus en plus. Cette touche de couleur est le signe d’une bonne cause. En achetant ce film, chaque agriculteur contribue à la lutte contre le cancer du sein.

À Monestiés, l’éleveur bovin viande et volaille Alexandre Ducros, a franchi le pas pour les coupes de cette année. «Parmi mes clientes en vente directe, et même dans ma famille, il y a malheureusement des gens touchés par le cancer. Ça interpelle et ça donne envie de faire quelque chose. J’avais repéré qu’il existait ce genre de film d’enrubannage coloré et j’ai eu envie de m’y mettre moi aussi» explique-t-il. Il est donc allé voir la Coopérative agricole de Carmaux pour qu’elle lui en procure. «On en a donc pris une palette de 24 rouleaux auprès de notre fournisseur, indique Yves Maynard, directeur de la coopérative. Au final, on en a vendu à cinq adhérents et il ne nous reste plus que quelques rouleaux.»

2€ par film

C’est le distributeur Trioplast qui a lancé cette initiative en 2014, à la demande d’agricultrices Néo-Zélandaises. Le phénomène a fait boule de neige. Et depuis le début de l’opération près de 700 000€ ont été reversés à différentes associations caritatives à travers le monde. En France, 2€ sont reversés à la fondation Arc pour chaque film vendu.

«J’ai comparé avec mes factures de l’an dernier et ça ne m’a coûté que 7€ de plus, ce n’est pas grand-chose pour faire une bonne action», commente Alexandre Ducros. Et le moins que l’on puisse dire est que ça ne passe inaperçu. «C’est sûr que j’en ai entendu à ce sujet, j’ai eu droit à tout parce que ça surprend au début, sourit Alexandre Ducros. J’en ai parlé sur Facebook et mes clients me félicitent. Les femmes d’agriculteurs qui voient ça demandent d’ailleurs à leurs maris de prendre exemple et de s’y mettre aussi.»

L’an prochain, l’éleveur compte même aller encore un peu plus loin dans la démarche. Il existe en effet désormais du film jaune pour soutenir la recherche contre le cancer des enfants et du film bleu pour la recherche contre le cancer de la prostate. Là encore, 2 € par rouleau sont reversés à la fondation Arc. Une bonne action qui peut aussi avoir des déclinaisons pratiques au sein de l’exploitation. Rien de tel en effet pour trier ses coupes que de les classer par couleur !

D. Monnery

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2650 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2650 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui