Le Paysan Tarnais 26 novembre 2020 a 08h00 | Par Guillaume Cabe (CA81)

Quelle gestion faut-il utiliser pour vos parcelles forestières ?

De nombreux paramètres influent sur la façon d’entretenir et d’exploiter les bois. Dans le Tarn, plusieurs techniciens peuvent vous orienter le type de gestion le plus bénéfique. Explications.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Futaie régulière. © CA81 Futaie irrégulière. © CA81 Coupe de renouvellement par bande. © Alliance forêt Bois

La gestion de ses parcelles boisées permet au propriétaire d’en améliorer la valeur et la production. Pour connaître la bonne gestion à appliquer, il faut avant tout connaître de façon précise son bien. Un bon diagnostic de départ permet souvent de s’affranchir des erreurs de gestion. Vous pouvez le réaliser vous-même ou contacter un technicien forestier de la Chambre d’agriculture ou du CRPF (Centre régional de la propriété forestière). Un bon diagnostic doit aider à connaître les essences présentes, les qualités de celles-ci (bois de chauffage, bois d’œuvre…), l’âge du peuplement, les éventuels problèmes sanitaires et surtout l’accessibilité de celui-ci.

Nous allons maintenant balayer les différents types de gestion que vous pourrez rencontrer sur le département du Tarn. Lorsqu’il est question de gestion forestière, la «gestion durable» des forêts est souvent évoquée, celle-ci est définie dans le code forestier.

La gestion durable des forêts garantit leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité de satisfaire, actuellement et pour l’avenir, les fonctions économiques, écologiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et international, sans causer de préjudice à d’autres écosystèmes (article L1 du code forestier).

La gestion durable combine donc :

• la valorisation économique des forêts ;

• la prise en compte des enjeux environnementaux (protection des espèces et des milieux) ;

• la prise en compte des enjeux sociaux, dans le cadre des PLU par exemple.

Il existe différents types de gestion qui peuvent être appliqués à une forêt. Elle dépend de plusieurs facteurs :

• de la volonté du propriétaire et de ce qu’il recherche pour sa forêt (forêt de villégiature, de production).

• des particularités de la forêt (âge, densité, station, état sanitaire, intérêt écologique…).

• des opportunités commerciales.

Voyons à présent les différents types de gestion.

Gestion «régulière» de la forêt

Le qualificatif "régulier" désigne le fait que tous les arbres du peuplement ont plus ou moins le même âge. Cela ne veut pas dire que les dimensions (hauteur et diamètre) sont les mêmes sur toute la parcelle. Pour ce régime, des coupes vont être nécessaires pour diminuer la densité et donc la concurrence entre les arbres. Cela favorisera un meilleur développement des individus restants.

Ces coupes peuvent prendre la forme de dépressages, dans le jeune âge d’un peuplement régénéré naturellement, ou bien d’éclaircies.

Gestion irrégulière de la forêt

La structure de la futaie irrégulière se caractérise par une organisation spatiale des arbres spécifiques. Elle est dite irrégulière lorsque les tiges de la futaie présentent une variabilité de diamètre, associée à une variabilité des hauteurs totales. Une futaie irrégulière est souvent composée de plusieurs espèces. Dans une même parcelle, le peuplement est donc constitué d’arbres d’essen-ces différentes et d’âges variés, mélangés entre eux. La gestion en futaie irrégulière permet de s’affranchir de la coupe rase car le couvert forestier est toujours maintenu. La régénération de ces forêts se fait souvent naturellement.

Gestion en taillis

Le taillis est un peuplement feuillu majoritairement constitué par des rejets repoussant naturellement sur les souches, après une coupe rase. Les arbres auront donc tous le même âge, même s’ils peuvent avec le temps, présenter des hauteurs et surtout des grosseurs différentes. L’ensemble des rejets sur une même souche forme une cépée. Le taillis peut également comporter d’autres arbres provenant de drageons émis par les racines ou des semis naturels.

La gestion en taillis était autrefois très développée pour produire du bois de chauffage domestique et par la suite du charbon. Aujour-d’hui la gestion en taillis est encore d’actualité sur tout le département, sur des parcelles de feuillus de qualité moyenne à médiocre.

La coupe traditionnelle de taillis est une coupe de la totalité des arbres («coupe rase»). Il peut aussi être progressivement converti en futaie quand la station le permet. Certaines coupes peuvent aussi se faire avec des «réserves» : certains arbres les plus beaux étaient laissés sur pied, dans le but de les faire grossir pour obtenir des produits sciables.

Des alternatives à la coupe rase existent. Comme par exemple, la coupe de régénération par bande. Ce type de coupe a été mise au point par le CRPF et consiste à couper à ras des bandes de la moitié de la hauteur du peuplement. Comme expliqué sur la photo ci-dessus.

La prise de décision quant à la bonne gestion à appliquer à vos parcelles, est une étape importante pour la vie de votre peuplement forestier. Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à contacter votre conseiller forestier.

G. Cabe (CA81)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,