Aller au contenu principal

Agriculteurs et consommateurs : «J’ai besoin de rencontrer les producteurs pour être rassurée»

Direction des allées du salon Régal, les rencontres gustatives, alimentaires et ludiques d’Occitanie qui se sont déroulée mi-décembre à Toulouse. Le Paysan Tarnais y a interrogé des consommateurs. Témoignages.

Nicole et sa sœur Christine, deux Toulousaines, viennent tout juste d’acheter du fromage et discutent avec un producteur de porcs qui propose sur son stand différents produits : du jambon jusqu’aux bocaux de pâté. «On vient chaque année dans ce salon. Pour nous ce qui est le plus important, c’est d’avoir une vision précise des conditions dans lesquelles sont produits les aliments que nous mangeons», commence Nicole. Christine complète : «J’ai besoin de rencontrer les producteurs pour être rassurée», avoue t-elle. Quand on lui demande ce qu’elle attend des relations avec un producteur, elle hésite : «Je suis d’abord soucieuse de connaître le fonctionnement de sa ferme, les modes d’élevage ou de culture. Mais c’est aussi important de savoir comment il vit, s’il s’en sort, quelles sont les difficultés qu’il rencontre.»

Les deux femmes semblent bien informées des contraintes du monde agricole. «Nous sommes originaires du monde agricole, mais c’était il y a longtemps. On a du mal à imaginer que les paysans d’aujourd’hui croulent sous autant de règlementation, de normes, d’obligations.» Christine n’est pas tout à fait d’accord avec sa sœur : «Moi je pense que c’est bien que le monde agricole change et surtout qu’on lui impose des normes en matière d’environnement et de bien-être animal. On voit tellement de choses à la télévision qu’on en vient à se demander ce qu’on mange vraiment…»

La discussion s’engage avec le producteur en face d’eux. «Que ferez vous demain s’il n’y a plus d’agriculteurs autour de vous pour manger, mesdames, à cause des contraintes administratives ou de la pression des grandes surfaces ou des intermédiaires sur les producteurs pour faire baisser les prix ? Il faut nous défendre !» Elles acquiessent. Oui mais… «Vous avez quand même l’image d’une profession hyper subventionnée et pas toujours pour développer des pratiques écologiques, non ?»

Difficile pour le producteur d’expliquer simplement la PAC, les aides… «Nous préférons vivre de notre travail plutôt que de l’argent de l’Europe ou de l’Etat. Mais le soutien à l’agriculture française est indispensable», argumente-t-il. «Vous voyez, nous dit Nicole en riant, c’est tout l’intérêt de pouvoir rencontrer les producteurs sur des salons ou sur les marchés. Je crois qu’ils ont beaucoup à nous apprendre… Après, il faut aussi savoir les écouter et ne pas se fier aux a priori…»

«Avant tout, c’est une relation de confiance»

Gilbert vient du Tarn-et-Garonne. Ce retraité est venu au salon pour rencontrer deux producteurs a qui il achète régulièrement des produits. «Du vin et du fromage, il n’y a que ça de vrai !» plaisante-t-il. Il discute à batons rompus avec Didier et son épouse, qu’il connait bien. «On s’est rencontré sur une foire. J’ai acheté quelques bouteilles de leur vin et j’ai trouvé qu’il était très bon. Alors je l’ai recontacté et nous sommes mêmes allés sur son domaine dans les Corbières, l’été suivant. Depuis, nous commandons chaque année du vin chez lui.»

Pour Gilbert, la condition sine qua non, c’est de pouvoir voir de ses yeux comment sont faits les produits. «Avant tout, c’est une relation de confiance. Lorsque nous sommes allés chez Didier avec mon épouse et des amis, il nous a ouvert ses portes. On a visité, on a posé toutes les questions qu’on voulait et il a toujours répondu. Et on a dégusté aussi !» se souvient le retraité malicieux… Didier, de son côté est entièrement d’accord. «Cette relation de confiance est primordiale. Il faut savoir présenter son métier, vulgariser mais tout en montrant que nous sommes professionnels, qu’être vigneron, ce n’est pas simplement mettre du jus de raisin fermenté en bouteille… On prend le parti de tout expliquer, et autant que possible de faire visiter l’exploitation. Du coup, certains clients se sentent tellement bien que ce sont devenus des amis.»

Propos recueillis par A. Renault


Retrouvez les différents témoignages dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Modèle 6150 de chez Case IH : Confort et efficacité
Agriculteur à Rabastens, Emmanuel Todeschi moissonne 740 ha dont 200 ha sur l’exploitation. Lors des périodes de moissons, il…
Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
Influenza : sept communes se rajoutent à la zone
La situation évolue dans le Tarn. Sept communes rejoignent les zones de protection. Une réunion s’est tenue ce mardi à Albi pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais