Aller au contenu principal

Au nom de la Terre, vu du Tarn

Lors de l'avant-première du 28 août à Albi, le réalisateur a affirmé avoir construit un film "coup de poing". Édouard Bergeon raconte la douloureuse histoire vécue par son père agriculteur.

Des agriculteurs avaient prêté le tracteur familial pour l'avant-première.
Des agriculteurs avaient prêté le tracteur familial pour l'avant-première.
© Le Paysan Tarnais

Dans ce long-métrage, Guillaume Canet campe un personnage qui reprend la ferme familiale en 1979 avec sa fiancée. Malgré les investissements, le progrès et le travail, l’embellie n’a pas lieu. Le spectateur, immergé par la narration et l’image, accompagne la famille dans une spirale infernale. Si vous ne l'avez pas encore vue, voici la bande-annonce. Pour enrichir votre approche, nous avons recueillis des témoignages en sortie de salle et analysé brièvement le film.

Ce qu’en ont pensé les spectateurs

«Près de chez nous, il y a des agriculteurs qui ont des soucis et d’autres qui n’en ont pas. Le film le montre bien et le traitement est assez juste», a estimé Michèle, venue de Saint Antonin de Lacalm.

Ruben, qui l’accompagnait a salué la prestation de Rufus (le grand-père) : «L’ancien est vraiment proche de la réalité. Il est impitoyable, cassant et n’aide pas son fils. On constate souvent ces comportements dans les conflits de générations. Si ce film est un succès en salles, ce sera un signal de soutien aux agriculteurs. Surtout dans le contexte actuel où les changements de société oublient l’humain et accroissent la détresse.»

On comptait aussi une famille d’agriculteurs dans la salle lors de l’avant-première. Chaleureusement remerciée pour le prêt du tracteur qui décorait le hall, son avis éclaire sur la façon d’appréhender l’œuvre pour les agriculteurs. «C’est un film très touchant. Il faut vraiment le recommander à ceux qui ne sont pas dans le métier. Même s’il n’aborde pas les demandes sociétales actuelles et la détresse qu’elles peuvent nous causer, les spectateurs vont comprendre l’évolution de l’agriculture et les difficultés auxquelles il a fallu faire face. Guillaume Canet incarne très bien le rôle. Nous comprenons aisément qu’il soit encore bouleversé par ce film.»

Une oeuvre saisissante

S’il convient de recommander le film aux citoyens et amis qui n’ont pas conscience des difficultés du métier, prudence. Dans le cas où l'on fait partie du milieu agricole et en période difficile ou bien que l’on a connu des drames du métier, il faudra a minima voir le film à plusieurs… pour pouvoir en discuter. Si vous allez rarement au cinéma, revenez-y vite pour un film plus joyeux. Parce qu’il est tiré d’une histoire vraie, les moments de joie n’équilibrent pas la vague de désarroi que produit ce long-métrage. Émouvant, intense, dur et bouleversant ; le film est néanmoins maîtrisé et efficace.

 

F. Roussel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : tirs de défense, une priorité pour la FDSEA
Deux élevages ovins d’Anglès ont été visités par la préfète et les représentants de la profession pour organiser la lutte contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais