Aller au contenu principal

Benoît Redoulès 3ème au championnat de France de chiens de troupeaux

Première finale disputée ce week-end dans les Landes et premier podium pour le président de l’association tarnaise pour l’utilisation des chiens de troupeaux. Jérôme Redoulès revient sur son joli parcours.

Benoît Redoulès et son chien Iggy.
Benoît Redoulès et son chien Iggy.
© Le Paysan Tarnais

Benoît Redoulès et son chien Iggy, un border collie de trois ans et demi, ont décroché une très belle troisième place au championnat de France de chiens de troupeaux sur moutons organisé ce premier week-end de juillet à Losse (Landes). Le président de l'Atuct, éleveur ovins lait à Vénès, revient sur son beau parcours qui consacre dix années de participations aux différents concours.

Que ressentez-vouss après cette belle troisième place au championnat de France ?

«C’est la récompense de beaucoup d’années de travail. Cela fait dix ans que je participe à des concours et c’est la première fois que je parvenais à me qualifier pour la finale. Sur les quelques 130 engagés en 2016, on avait été 16 à obtenir notre place pour cette finale 2017. J’étais en 10ème position au sortir des qualifications. Mon objectif était de ne pas perdre de rang lors de la finale. Et finalement les choses se sont un peu mieux passées que prévu…»

Quelles types d’épreuves avez-vous du accomplir ?

«Le championnat était organisé sur deux jours. Le samedi, une quarantaine de brebis étaient disposées à 300 m, hors de la vue du chien. Il devait les récupérer et les ramener le plus normalement possible. La deuxième épreuve, le lendemain, consistait en un tri d’animaux. Il fallait récupérer, à l’aide du chien, des brebis marquées et leur prodiguer des soins comme leur couper les ongles.»

Pourquoi participez-vous à ces concours ?

«Ce n’est pas la compétition qui m’intéresse le plus. J’y vais pour évaluer le comportement du chien en dehors de l’exploitation. Car au bout d’un moment une routine et des automatismes peuvent se mettre en place, et ce n’est jamais bon. Si pendant cent fois on passe au même endroit mais qu’un jour je veux empêcher le chien de passer par ce même endroit, par exemple, il faut qu’il comprenne tout de suite qu’aujourd’hui ce n’est pas comme d’habitude. C’est ce que j’ai voulu vérifier avec Iggy et ça n’a pas trop mal marché car les brebis auxquelles on a eu affaire étaient plutôt coriaces. »

Le prochain objectif, c’est le titre de championnat de France ?

«Ce sera déjà de se qualifier pour le championnat de France de l’an prochain ! Je participe justement à une épreuve qualificative dans quinze jours, dans les Landes, encore. Le titre de champion de France, ce serait la cerise sur le gâteau, mais ce n’est pas ma motivation première. On rencontre des éleveurs de toute la France et, malgré la compétition, on passe de très bons moments ensembles. Le vainqueur de cette année, qui vient des Alpes-de-Hautes-Provence, a gagné neuf fois le titre de champion de France. On l’a pas mal titillé cette année, c’est déjà une satisfaction.»

Propos recueillis par D. MONNERY

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais