Aller au contenu principal

Benoît Redoulès, l’éleveur ovin lait qui a du chien

Déjà champion de France en titre de chiens de troupeaux sur bovins, Benoit Redoulès tente ce week-end de remporter le titre sur ovins. Une épreuve qui lui tient particulièrement à cœur.

Gros week-end en perspective pour Benoît Redoulès. L’éleveur ovin lait de Vénès est engagé dans la finale du championnat de France inter-races de chien de troupeau sur brebis, à Poitiers. «Nous sommes seize qualifiés dont sept ou huit peuvent prétendre au podium», commente le quadragénaire. Nul doute que sa prestation sera particulièrement attendue. Depuis l’été dernier, Benoît Redoules est auréolé du titre de champion de France de chiens de troupeau sur vaches. Un titre que l’éleveur ovin avait gagné dès sa première participation face aux spécialistes de la discipline, en Bretagne. Compétiteur dans l’âme, il lui tient désormais à cœur de bien figurer sur brebis, les animaux avec lesquelles il travaille au quotidien.

Grâce à la maturité acquise depuis le titre de l’an dernier, son chien L’Oustal, 4 ans, semble être plus que jamais en possession de tous ses moyens pour bien figurer lors de ce rendez-vous. Un véritable temps fort pour Benoît Redoulès, féru de ces concours. «À la ferme, on est tous bons, mais quand on sort dans un autre contexte, ça remet tout à plat, constate-t-il. Cela permet de s’améliorer, de se remettre en question. Et puis c’est aussi l’occasion de voyager et de faire des rencontres.»

Formateur

C’est pourtant pour une raison bien pratique qu’il a commencé à s’intéresser aux chiens de troupeau.

«Je suis un peu tombé dedans tout petit, comme Obélix, sourit Benoît Redoulès. On avait un chien à la maison, mais pas forcément dressé. Les chiens qui bossent, qui sont dressés pour travailler, ça m’a toujours fasciné.» Alors quand il s’installe en 2002 (en Gaec avec deux frères), son premier achat, c’est un chien. «Je me suis formé avec la Chambre d’agriculture du Tarn», indique-t-il.

Et aujourd’hui, c’est lui qui transmet son savoir-faire. Il aide les propriétaires demandeurs à bien comprendre leurs chiens et à les faire travailler efficacement. Benoît Redoules passe d’ailleurs actuellement son diplôme de formateur pour officialiser son statut. Cela ne fera que renforcer sa légitimité déjà acquise sur les concours.

D. Monnery

Un été chargé

La saison des grandes compétitions ne fait que commencer pour Benoît Redoulès. Après le championnat de France inter-races de chien de troupeau sur brebis, à Poitiers ce week-end, l’éleveur tarnais verra encore du pays. Les 20 et 21 juillet, il sera à Arbois dans le Jura pour le championnat d’Europe sur bovin. Son titre de champion lui permet en effet d’aller se confronter aux meilleurs européens. Et le 4 août, direction Rodez pour la finale du championnat de France sur bovin. Il remettra alors son titre en jeu pour son dernier concours de l’année… qui tombe le week-end de la fête de l’ail !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais