Aller au contenu principal

Blocage de Lespinasse : «N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas»

Les FDSEA et JA d’Occitanie ont bloqué le dépôt de carburant de Lespinasse au nord de l’agglomération toulousaine de dimanche soir à mercredi midi.

«Incohérences», «contradictions», «hypocrisie»… À l’image des prix qui s’envolent à la pompe, ce sont les noms d’oiseaux qui ont volé à destination du gouvernement à l’occasion du blocage du dépôt de carburant de Lespinasse, au nord de l’agglomération toulousaine. Depuis dimanche soir, les FDSEA et JA de toute l’Occitanie se sont relayées pour empêcher ce site stratégique de tourner. Les syndicats du Tarn, de la Haute-Garonne, de l’Hérault et de l’Ariège ont mis le barrage en place, avant d’être relevés sur le piquet par le Gers, le Lot et les Hautes-Pyrénées, eux-mêmes remplacés par l’Aveyron, le Tarn-et-Garonne, le Lot-et-Garonne, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

«Cette action régionale s’inscrit dans le cadre d’une mobilisation nationale», rappelle Philippe Jougla, président de la FRSEA Occitanie et de la FDSEA du Tarn. «Quatorze raffineries et dépôts de carburant sont bloqués en France par 3 000 agriculteurs qui ne supportent plus les incohérences du gouvernement et du président de la République, abonde Jérôme Despey, secrétaire générale de la FNSEA et viticulteur dans l’Hérault. On fait monter en gamme notre agriculture pour mieux répondre aux attentes sociétales, ce qui se traduit par des charges supplémentaires, et en même temps, on assiste à des distorsions de concurrence avec les accords de libre-échange (Ceta et Mercosur), qui nous font importer de la viande, du vin, des fruits et légumes ou de l’éthanol, produits dans des conditions complètement différentes des nôtres. On ne peut pas l’accepter !»

C’est pour gommer toutes ces incohérences que les agriculteurs se sont mobilisés, malgré une météo épouvantable qui a déjà sérieusement retardé le calendrier des travaux sur les exploitations. Ils attendent donc un geste du gouvernement. «Si on n’obtient pas de réponse de sa part d’ici mercredi, on reconduira le mouvement, annonce Jérôme Despey. Les consommateurs sont avec nous. La France doit assumer ses responsabilités et ne pas se défausser sur l’Europe.»

À l’issue de la rencontre avec le ministre de l’Agriculture dans la nuit de mardi à mercredi, la FNSEA et les JA ont appelé à cesser les blocages à travers toute la France. La consigne nationale a été respectée et le barrage de Lespinasse a été levé ce mercredi à 13 h.

D. Monnery

 

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

L’agriculture est un secteur stratégique

Trois questions à Philipe Jougla, président de la FDSEA du Tarn et de la FRSEA Occitanie.

Quel est le but de ce blocage ?

«Le but est d’instaurer un rapport de force avec le gouvernement pour lui rappeler que l’agriculture est un secteur stratégique pour la France. Comme tout ce qui est naturel, l’agriculture mêle le haut et le bas de gamme. Pour faire de l’entrecôte, par exemple, il faut aussi du collier. On peut avoir des millésimes exceptionnels et des années plus compliquées. C’est l’intérêt de l’agriculture d’avoir une variabilité de produits. Il faut que la France soit sur tous les tableaux.»

Cela veut dire distinguer les productions destinées à l’export de celles réservées au marché intérieur ?

«On est d’accord sur le fait d’arrêter d’exporter des poulets bas de gamme vers l’Arabie Saoudite. Mais il faut que nous soyons capables d’exporter notre agriculture vertueuse. Pour cela, il faut jouer la carte de la montée en gamme et chasser en meute. Mais parallèlement il ne faut pas laisser entrer sur le marché intérieur des produits qu’on pourrait produire dans de meilleures conditions.»

Les États généraux de l’alimentation, c’était de l’enfumage selon vous ?

«C’était la volonté politique de la majorité nouvellement élue, on s’est inscrit dans cette légitimité là. On a plutôt obtenu des arbitrages dans notre sens, à l’exception des rabais de morte saison sur les produits phytosanitaires. Sur le reste, on y retrouve nos billes. Cela ne veut pas dire que nous allons retrouver de la rentabilité du jour au lendemain, mais l’orientation est là.»

Propos recueillis par D. Mo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais