Aller au contenu principal

Céréales : premier bilan de campagne

Les conditions de semis de l'hiver et la pluviométrie des derniers mois jouent sur la qualité des céréales. Régis Hélias, de la station Arvalis de Montans fait le point.

Une quarantaine de personnes ont participé à la visite des essais d'Arvalis à Montans.
Une quarantaine de personnes ont participé à la visite des essais d'Arvalis à Montans.
© Le Paysan Tarnais

A l'occasion de la visite des essais de la station d'expérimentation d'Arvalis-Institut du végétal à Montans, Régis Hélias, dresse un bilan en demi-teinte de la campagne actuelle.
" La première étape de la mise en place des cultures a été très difficile, explique t-il. Il y a eu deux cas : ceux qui ont semé dans le sec et qui ont attendu la pluie qui est arrivée ensuite assez fortement, et ceux qui n'ont pas pu semer dans les temps car ils ne pouvaient plus entrer dans les parcelles trempées."
Les semis ont été retardés. Dans le Lauragais, 60 % des semis ont été effectué en janvier. Les premières pluies sont arrivées aux alentours du 20 novembre et il a été relevé en 20 jours des cumuls supérieurs à 200 mm par endroit...Ces conditions ont perduré une bonne partie de l'hiver. Les conditions d'implantation étaient plus que médiocres et certaines parcelles ont été retournées au printemps tellement les résultats étaient décevants.
Pour le département du Tarn, cette campagne est la plus arrosée des 10 dernières années.

Des conséquences en cascade
Conséquence de ces conditions météorologiques : un enracinement médiocre des céréales, des reliquats d'azote très faibles. En effet, le lessivage des sols et la campagne précédente avec de bons rendements ont diminué les teneurs d'azote dans les sols. Avec un prix des engrais élevé, la situation n'était pas facile à gérer. Le désherbage a également été une étape compliquée. Après les pluies une période de sécheresse a suivi en février-mars. " Les échecs de désherbage sont liés aux trop fortes amplitudes de température. De même, les carences en soufre sont relevées : les fortes pluies et le printemps froid ont diminué la minéralisation du soufre ". Avril a vu le retour des pluies avec de nombreux épisodes supérieurs à 20 mm à chaque fois, favorisant l'apparition de la septoriose. Régis Hélias ne s'avance pas à faire des pronostics de rendement. Il remarque simplement que les conseils des techniciens, à savoir retarder les semis, était sans doute la meilleure solution.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le Tarn s'affiche en grand au SIA

Le Président du département, Christophe Ramond, et les équipes de Tarn Attractivité ont présenté le Bistrotarn édition 2024…

Théo Vergely, sur les traces du père

S’il est officiellement installé depuis le 1er février, Théo Vergely, 21 ans, parcourt l’exploitation familiale depuis son…

Albi : le blocage est levé mais la mobilisation continue

Une semaine de lutte qui s'est terminée par une dernière action en centre-ville et un grand barbecue, mais qui ne signe pas la…

À Gaillac, la FDSEA et les JA poursuivent la mobilisation

Les agriculteurs tarnais se sont retrouvés le 17 février sur la place de la mairie pour montrer une nouvelle fois leur…

FDO81 : attirer des jeunes, repousser le loup

La question du loup et celle du renouvellement des générations ont donné du fil à retordre à la Fédération départementale…

En 2024, la FDSEA veut remettre les têtes à l'endroit

L’assemblée générale du syndicat s’est logiquement concentrée autour des actions de 2023 mais aussi les sujets qu’il faudra…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais