Aller au contenu principal

«Ces marchés des producteurs de pays, c'est un gros coup de pub»

Marie Jougla, de la ferme de Lamarque à Anglès, est une fidèle des marchés des producteurs de pays depuis 10 ans. Elle nous explique pourquoi elle tient tant à ces rendez-vous.

© M.J.

Quand on aime, on ne compte pas. Alors Marie Jougla ne calcule ni ses heures ni la fatigue accumulée le temps de la saison des MPP. Ce qu'elle retient avant tout de ces rendez-vous estivaux, c'est son amour du contact avec les gens et l'opportunité exceptionnelle que cela représente pour elle de faire connaître ses produits à base de lait de brebis (fromages, yaourts, lait, etc.). Près de 60 % de sa clientèle est constituée d'habitants locaux. Résultat : les deux mois d'activité des MPP lui assurent des retombées durant les dix autres mois de l'année, puisque les clients fidélisés n'hésitent pas à venir s'approvisionner directement à la ferme au fil des saisons.

«Ces MPP, c'est un gros coup de pub», apprécie Marie Jougla. La fidélité est même très marquée chez les touristes qui représentent plus du tiers du son chiffre d'affaires sur les MPP. La productrice a en effet le bonheur de reconnaître des visages familiers d'une année à l'autre sur les marchés de Mazamet et de Saint-Amans-Soult.

Parvenir à cette satisfaction nécessite un rythme intense et une bonne organisation. Car Marie Jougla fabrique le matin même les produits qu'elle vendra directement sur le marché en nocturne. «Pour le marché de Mazamet, qui est le plus important, je fais appel à une employée, ça aide à tenir le coup au fil de cette journée qui est déjà la plus longue pour moi», commente-t-elle. Cela lui permet de pouvoir consacrer plus de temps à ses clients. Cela tombe bien, ils sont de plus en plus curieux. «Ils veulent tout savoir sur la façon dont j'élève les brebis, ce que je leur donne à manger, etc.» Et c'est toujours un plaisir pour elle d'épancher leur curiosité. «Je préfère de loin répéter cinquante fois la même chose que de laisser des gens se faire de fausses idées sur notre métier», revendique Marie Jougla. De l'utilité les MPP à régaler les gastronomes tout en éduquant les consommateurs...

D. Monnery

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Influenza : sept communes se rajoutent à la zone
La situation évolue dans le Tarn. Sept communes rejoignent les zones de protection. Une réunion s’est tenue ce mardi à Albi pour…
Le sénateur Bonnecarrère à l'écoute des revendications des éleveurs laitiers à Puygouzon.
Lait : la FDSEA rencontre les parlementaires
 La FDSEA du Tarn a sollicité les députés et sénateurs du département pour présenter la situation tendue dans les élevages…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais