Aller au contenu principal

Circuits courts et haute valeur ajoutée pour inscrire les activités dans la durée

Gilles et Audrey Viala ont accueilli, à Graulhet, le 4 novembre, les journalistes de la presse départementale pour le traditionnel rendez-vous organisé par Jeunes Agriculteurs sur l’installation.

Canards gras pour Audrey, ail rose de Lautrec pour Gilles… Les Viala innovent et investissent pour pérenniser leurs exploitations.
Canards gras pour Audrey, ail rose de Lautrec pour Gilles… Les Viala innovent et investissent pour pérenniser leurs exploitations.
© Le Paysan Tarnais

Quand Audrey et Gilles Viala se sont installés en agriculture, tous les deux en 2006 sur la commune de Graulhet, ils ne se connaissaient pas. Tous les deux arrivés sur les petites exploitations des grands-parents, 10 ha chacune, ils n’ont pas eu d’autre choix que de partir vers des productions à haute-valeur ajoutée pour la viabilité économique de leurs structures. Mercredi 4 novembre, ils ont accueilli la conférence de presse organisée par Jeunes Agriculteurs du Tarn sur l’installation. Audrey a fait le choix du canard gras, transformé et vendu en direct, Gilles celui de l’ail rose de Lautrec sous label rouge, avec une activité d’entrepreneur agricole à côté. «Il est très important de prendre le temps de bien réfléchir son projet au départ» soulignent Audrey et Gilles Viala. «Et de ne pas vouloir faire dire n’importe quoi aux chiffres ! Il est clair que nos productions sont à forte valeur ajoutée. Mais quand on démarre avec rien, cela permet tout juste de couvrir le niveau d’emprunts, très élevé au début. Et il ne faut pas compter ses heures !»

Après leur rencontre, la proximité des exploitations et la complémentarité des productions aidant, Audrey et Gilles Viala ont choisi de beaucoup travailler ensemble, sans pour autant s’associer. «Nous ne voulions pas prendre le risque de couler les deux structures s’il y avait eu un problème sur l’une d’elle.» Ils n’ont rien changé à leurs choix initiaux des productions à haute valeur ajoutée. Mais, 10 ans après leur installation, ils estiment ne pas encore avoir atteint leur rythme de croisière. «Aujourd’hui, nous avons un bel outil de travail. Nous terminons tout juste un bâtiment de 140 m²dans lequel nous abattons et transformons chaque année nos 1700 canards. Côté commercialisation, nos produits commencent à être connus. Mais nous cherchons toujours à nous développer. Pour cela, il y a plusieurs axes. Déjà l’innovation : nous crééons sans cesse de nouvelles recettes afin de valoriser le canard mais aussi l’ail rose de Lautrec. Ensuite, nous diversifions nos circuits de commercialisation. Nous devrions très certainement faire de la vente en ligne à moyen terme, mais cela demandera d’avoir un local spécifique pour gérer la logistique. Nous avons également le projet de construire une grande boutique à la ferme, qui nous permettra d’améliorer l’accueil sur l’exploitation.»

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Influenza : sept communes se rajoutent à la zone
La situation évolue dans le Tarn. Sept communes rejoignent les zones de protection. Une réunion s’est tenue ce mardi à Albi pour…
Le sénateur Bonnecarrère à l'écoute des revendications des éleveurs laitiers à Puygouzon.
Lait : la FDSEA rencontre les parlementaires
 La FDSEA du Tarn a sollicité les députés et sénateurs du département pour présenter la situation tendue dans les élevages…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais