Aller au contenu principal

Mécanique
Confort et sécurité grâce au pont avant suspendu

L’option pont avant suspendu s’est récemment généralisée dans le catalogue des tracteurs interlignes à cabine. Panorama des technologies proposées par les constructeurs. 

En 2005, Fendt était le premier constructeur à proposer un pont avant suspendu sur les séries 200 V, F et P. Depuis, les principaux constructeurs de tracteurs ont suivi. La grande majorité d’entre eux utilisent un pont avant monobloc, avec un point d’accroche (deux chez Case IH et New Holland) et d’articulation sous la transmission ou entre la transmission et la base de la cabine, et deux vérins de suspension situés à l’avant ou à l’arrière du pont. 
Ceux-ci sont connectés à deux ou trois boules d’azote. En complément, un système de bielles ou de bridage limite la course verticale, mais également transversale du pont. Seul, Same Deutz-Fahr se distingue avec un système à double triangulation, la suspension des deux demi-essieux étant pilotée indépendamment de chaque côté.

Plus de confort et moins de secousses en cabine 

Le principal argument des ponts avant suspendus est le confort. La course offerte par les vérins de suspension (7 à 11 cm selon les marques) permet de gommer les aspérités du sol. «Aujourd’hui, l’option du pont avant suspendu est sollicitée par 99 % de nos clients français», annonce Antoine Brissart, chef produits tracteurs Fendt. Le surcoût (3 500 à 7 000 € selon les marques) de cette option à l’achat du tracteur neuf est quasi intégralement compensé par la plus-value à la revente. Le gain de confort permet aussi de gagner en productivité, quand les secousses sont un frein à l’augmentation de la vitesse d’avancement. 
En cabine, le conducteur dispose de commandes pour piloter la suspension de pont avant selon deux ou trois modes. Sur toutes les solutions du marché, en mode automatique, la correction d’assiette s’adapte à la charge et repositionne les vérins de suspension de manière à avoir le maximum de course vers le haut comme vers le bas, donc le maximum d’efficacité. Case IH, Landini, McCormick et New Holland proposent trois niveaux de suspension automatique : souple, intermédiaire et dure. Le conducteur adapte le niveau en fonction du support sur lequel il roule, du travail à effectuer et de l’allure. Le second usage est un mode manuel : l’opérateur pilote alors manuellement la position des vérins pour monter ou descendre l’avant du tracteur, pour gagner en garde au sol et passer un obstacle ou pour aider à atteler un outil. 

Gestion manuelle ou verrouillée

Ce mode manuel passe en automatique dès lors que le tracteur dépasse une certaine vitesse (2 à 10 km/h selon les marques), ou dès l’instant qu’il avance chez Fendt. Certains constructeurs proposent un troisième mode, à savoir la suspension verrouillée en permanence, un atout lorsque l’on veut travailler avec précision, notamment avec un chargeur frontal. 

En plus du mode automatique, certaines marques proposent une gestion intelligente de la suspension, en dévers, dans les virages, ou encore en phase d’accélération ou de freinage. 
Pour lutter contre le roulis, Fendt a développé le FSC qui durcit le vérin de suspension de la roue extérieure dans les virages, lui procurant plus de stabilité. 
Case IH, New Holland, Same et Deutz-Fahr disposent d’une gestion qui, en dévers, durcit le vérin de la roue dans la pente, réduisant le risque de renversement. 
Ces quatre marques proposent un système anti-cabrage, notamment lorsqu’on lève un outil arrière lourd ou en phase d’accélération en montée, pour une meilleure stabilité. 

Des systèmes qui améliorent la stabilité

De même, lors d’un freinage un peu sec, les deux vérins se durcissent pour ne pas arriver en butée, évitant de se retrouver la tête dans le pare-brise. Avec sa double triangulation, Same Deutz-Fahr propose un contrôle automatique électronique du blocage de différentiel sur l’essieu avant, baptisé DTC, qui renvoie le couple vers la roue qui a le plus d’accroche. Toujours en termes de traction, les constructeurs débattent sur le gain réel apporté par le pont suspendu comparativement aux applications en grandes cultures. Mais même si les outils de travail du sol sont de faible largeur et les montes de pneu de petite dimension, tout gain d’adhérence, même minime, est utile pour tracter un gros pulvérisateur dans des fortes pentes.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Le potentiel des métiers agricoles présenté aux jeunes tarnais
Près de 500 jeunes et demandeurs d’emploi ont participé à la journée “Les Métiers sont dans les champs”, le 14 octobre à la Cuma…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Tournesol : une moisson 2021 satisfaisante
L’année exceptionnellement favorable, pour la plante, a porté ses fruits côté rendement.
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais