Aller au contenu principal

Génétique
Coopelso : entre solidarité et confiance, demain est avenir !

Malgré des inséminations en baisse, la coopérative régionale réussit à maintenir son activité…

Si la restructuration de l’élevage n’est pas sans conséquence sur ses activités, la coopérative spécialisée dans l’insémination animale implantée à Soual, entre côteaux du Lauragais et Montagne Noire, au cœur de son bassin d’élevage, résiste. «La situation que nous avons rencontrée en 2021 reste préoccupante pour le monde agricole» souligne d’emblée Philippe Fabre, producteur de lait aveyronnais et président de la Coopelso à l’occasion de son assemblée générale qui s’est tenue en fin de semaine dernière au domaine soualais du Tournal. De fait, le nombre d’inséminations recule de 4450 sur un total de 110 210 inséminations artificielles premières (IAP) réalisées en 2020-2021. Cette baisse de 3,9% supérieure à la moyenne française de 2,5% s’observe sur l’ensemble de son bassin d’élevage, du Tarn (- 1,9%) à l’Ariège (- 3,2%) en passant par l’Aveyron (- 4%), un territoire pourtant préservé jusqu’en 2020 ! 
Comment s’explique cette décroissance ? Avant tout, avec les laitières qui continuent d’être touchées par cette baisse : sur les 56 500 IAP effectuées en 2021, l’activité perd un volume de 3,2%. Plus d’un tiers en moins en dix ans ! Ce chiffre suit la diminution de femelles laitières présentes sur le territoire, passé de 141 000 en 2008 à 93 000 en 2021 ! Moins de vaches à inséminer mais, point positif, la Coolpeso continue d’intervenir sur 61% d’entre elles. Et, ce constat d’être identique pour les allaitantes avec une diminution de 4,8% pour 43 200 IAP dans les races spécialisées. Malgré le déclin du potentiel des femelles inséminables passé de 369 000 en 2008 à 334 000 l’an dernier, la coopérative d’insémination animale a maintenu sa part de marché à 18 % d’entre elles. Mais, au pessimisme, Philippe Fabre répond par l’optimisme, assuré «que l’élevage dispose de nombreuses ressources et que les éleveurs sont pleins de bon sens». Saluant «les efforts» qui, dans un contexte incertain, ont permis de limiter son impact, le président de la coopérative rappelle la volonté de poursuivre ses actions en faveur tant d’une maîtrise technico-économique des élevages à travers la stabilisation des tarifs que d’un accès à une génétique fiable, saine et performante. Face aux attentes sociétales en vue de plus de transparence, de marteler : «la génétique est un élément à part entière dans la construction de nos filières d’élevage. À l’heure où tout le monde s’interroge sur l’avenir de notre planète et sur l’autonomie alimentaire, il est évident que l’amélioration génétique est un des leviers qui permettra de répondre à ces défis». Un autre enjeu, non des moindres, pour affronter sereinement l’avenir et accompagner les éleveurs et adhérents vers une «agriculture durable» : assurer le renouvellement de ses personnels, techniciens d’insémination (notamment, avis aux intéressés de race limousine !) ou ingénieurs Agri/Agro polyvalents. L’avenir de la Coopelso d’en être que plus rassurant…

La Coopelso en chiffres    

712 000€ c’est le montant reversé aux adhérents via son programme FIDEL’IA pour l’exercice 2020/2021 (12% de son chiffre d’affaires inséminations)
3 964 c’est le nombre d’adhérents actifs en 2021
80 c’est le nombre de salariés (dont 60 inséminateurs)
3 millions c’est le nombre de kilomètres parcourus par ces techniciens en 2021
+ 22% c’est le nombre de génotypage des femelles laitières avec 2 400 évaluations génétiques réalisées
+ 17% des IA sexées sont des inséminations en races laitières et + 1,7% en allaitant avec une hausse pour les IA sexées mâle
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les brebis en prison, les loups en liberté
L’Etat a dit que le loup était compatible avec l’élevage. “A vous de gérer M. le Préfet” préviennent les éleveurs tarnais, lors…
La coopérative Celia s'investit dans le Tarn
La société coopérative agricole de bétail a acquis le Domaine de la Verrerie à Blaye-les-Mines. L’assemblée générale de sa…
La Ferme Tarnaise ouvre ses casiers connectés
Réunir des producteurs locaux sur un seul lieu de vente, spontanée ou en ligne, c’est l’engagement des nouveaux casiers connectés…
Le préfet à la rencontre des arboriculteurs
Jeudi dernier aux Vergers de Penne, le représentant de l’État, François-Xavier Lauch, a pleinement mesuré les conséquences des…
Vers une nouvelle charte tarnaise des ZNT
Le cadre réglementaire local doit être corrigé suite à sa remise en cause à l’échelon national.
Jachères : participons massivement à la consultation
Une suspension temporaire de l’interdiction de broyage ou de fauchage des jachères est soumise à consultation publique. Il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais