Aller au contenu principal

Cuma oenologique du Gaillacois : 30 ans au service des vignerons

La CUMA oeonologique du Gaillacois a fêté ses 30 ans en présence de nombreux vignerons adhérents, élus locaux et régionaux. L’occasion de présenter cette structure originale et son parcours.

La Cuma œnologique du Gaillacois a réunit à l’occasion de ses 30 ans, les adhérents partenaires, les élus locaux, départementaux et régionaux
La Cuma œnologique du Gaillacois a réunit à l’occasion de ses 30 ans, les adhérents partenaires, les élus locaux, départementaux et régionaux
© Le Paysan Tarnais

 

La Cuma œnologique du Gaillacois a réunit à l’occasion de ses 30 ans, les adhérents partenaires, les élus locaux, départementaux et régionaux qui lui ont permis de devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Elle rassemble aujourd’hui « 123 adhérents principalement des vignerons en cave particulière qui n’auraient peut-être pas produit en bouteilles », nous précise Jacques Crayssac, président de la Cuma.

 

Début de l’aventure en 1985

C’est au 1985 que 17 vignerons se réunissent pour acheter un filtre terre et créent la Cuma œnologique du gaillacois, le 3 avril de cette même année. A présent, l’activité principale de la Cumas’étend tout au long de l’année, puisqu’il s’agit de la mise en bouteilles et de l’étiquetage. En période de vendange, son activité diminue mais est remplacée par la filtration des jus et des bourbes.

Henri Plageoles un des membres fondateurs nous explique l’un des principaux objectifs : « A l’époque, nous souhaitions déjà proposer un vin de qualité, mais nous avions besoin de moyens techniques importants. A titre individuel, l’investissement d’outils technologiques est trop onéreux. Il a donc été décidé de s’unir sous forme de Cuma. C’est à dire d’utiliser du matériel en commun, tout en respectant des règles ».

D’année en années, la Cuma prend son envol. Cinq ans après sa création, elle passe à 25 adhérents et acquiert une chaîne d’embouteillage placée sur une remorque.

En 1991, la Cuma embauche son 1er salarié. Il nait, au même moment, une réelle relation avec le pôle « caves particulières ». Cette nouvelle relation a été un fait marquant et déterminant pour l’avenir de la Cuma. « L’ensemble des vignerons du territoire étaient ainsi informés de nos prestations », nous précise Henri Plageoles.




Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Les candidats invités à débattre sur les enjeux agricoles
A la veille du premier tour de scrutin, les organisations syndicales les ont interpellés pour échanger in situ à La Ferrandié à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais