Aller au contenu principal

Cuma oenologique du Gaillacois : 30 ans au service des vignerons

La CUMA oeonologique du Gaillacois a fêté ses 30 ans en présence de nombreux vignerons adhérents, élus locaux et régionaux. L’occasion de présenter cette structure originale et son parcours.

La Cuma œnologique du Gaillacois a réunit à l’occasion de ses 30 ans, les adhérents partenaires, les élus locaux, départementaux et régionaux
La Cuma œnologique du Gaillacois a réunit à l’occasion de ses 30 ans, les adhérents partenaires, les élus locaux, départementaux et régionaux
© Le Paysan Tarnais

 

La Cuma œnologique du Gaillacois a réunit à l’occasion de ses 30 ans, les adhérents partenaires, les élus locaux, départementaux et régionaux qui lui ont permis de devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Elle rassemble aujourd’hui « 123 adhérents principalement des vignerons en cave particulière qui n’auraient peut-être pas produit en bouteilles », nous précise Jacques Crayssac, président de la Cuma.

 

Début de l’aventure en 1985

C’est au 1985 que 17 vignerons se réunissent pour acheter un filtre terre et créent la Cuma œnologique du gaillacois, le 3 avril de cette même année. A présent, l’activité principale de la Cumas’étend tout au long de l’année, puisqu’il s’agit de la mise en bouteilles et de l’étiquetage. En période de vendange, son activité diminue mais est remplacée par la filtration des jus et des bourbes.

Henri Plageoles un des membres fondateurs nous explique l’un des principaux objectifs : « A l’époque, nous souhaitions déjà proposer un vin de qualité, mais nous avions besoin de moyens techniques importants. A titre individuel, l’investissement d’outils technologiques est trop onéreux. Il a donc été décidé de s’unir sous forme de Cuma. C’est à dire d’utiliser du matériel en commun, tout en respectant des règles ».

D’année en années, la Cuma prend son envol. Cinq ans après sa création, elle passe à 25 adhérents et acquiert une chaîne d’embouteillage placée sur une remorque.

En 1991, la Cuma embauche son 1er salarié. Il nait, au même moment, une réelle relation avec le pôle « caves particulières ». Cette nouvelle relation a été un fait marquant et déterminant pour l’avenir de la Cuma. « L’ensemble des vignerons du territoire étaient ainsi informés de nos prestations », nous précise Henri Plageoles.




Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les éleveurs tarnais en concours ce week-end à Saint-Gaudens
Au National limousin à Limoges où sur le ring des Pyrénéennes à Saint-Gaudens, la qualité des élevages tarnais sera bien…
La nouvelle carte de la zone vulnérable est sortie
Tout le nord et la moitié est du département sont désormais classés dans la nouvelle cartographie de la zone vulnérable…
Deux Tarnais en finale nationale de labours

Grâce à leurs belles prestations sur les terres du Gers lors de la finale régionale de labours, les Tarnais Romain Enjalran (…

Porc : une visite imminente d'inspecteurs chinois redoutée par les abattoirs français

Alors que l'Empire du milieu ralentit ses importations de viandes de porc pour tenter de stabiliser son marché intérieur, des…

Septembre sera placé sous le signe du don agricole
Les Journées nationales du don agricole organisées en Occitanie et dans toute la France en septembre.
Les JA régalent encore pour un soir à la ferme
La dernière soirée de la saison aura lieu ce samedi 4 septembre à Lempaut.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais