Aller au contenu principal

De fortes inquiétudes sur la récolte céréalière cette année

Le mois de mai et le début du mois de juin ont été caractérisés par une pluviométrie record. Quel est l’impact attendu sur les céréales ?

© Le Paysan Tarnais

Les épisodes pluvieux prolongés et intenses du printemps ayant eu lieu entre les stades floraison et maturité physiologique des céréales, les rendements, de même que la qualité technologique sanitaire pourraient être sérieusement affectés. Dans notre région, les floraisons ont démarré début - mi-mai pour les semis d’octobre. Les conditions climatiques étaient alors pluvieuses, et les cas de contaminations des épis par les fusarioses sont nombreux. De plus, le traitement à la floraison n’a souvent pas pu être positionné de manière optimale du fait de la régularité des pluies et du vent. Les conditions agro-climatiques de ces dernières semaines ont de plus été favorables au développement des deux types de fusarioses : les analyses effectuées par Arvalis– Institut du Végétal montrent que Fusarium et Microdochium peuvent être présents sur une même parcelle, entrainant potentiellement ainsi à la fois pertes de rendement et présence de mycotoxines (DON).

DE LA MOUCHETURE À PREVOIR

Les fortes pluviométries inquiètent également sur le critère moucheture en blé dur, notamment à cause des pluies régulières et du maintien d’un environnement humide au niveau des épis du stade épiaison jusqu’à récemment. Plus la pluviométrie observée entre le stade épiaison et le stade grain laiteux est importante, plus le risque d’observer de la moucheture sur blé dur est important. On considère qu’au-delà de 60 mm cumulé sur cette période, le risque de dépasser 5% de moucheture est important (avec un effet variétal important néanmoins). Cette année, le cumul de pluie est très régulièrement supérieur à 60 mm dans le Sud-Ouest.

LES AUTRES PARAMÈTRES À SUIVRE

D’autres paramètres peuvent encore évoluer en fonction des conditions climatiques récentes et à venir. :

- le PS, qui dépend dans un premier temps du rayonnement au début du remplissage (plutôt faible dans de nombreuses situations de la région) et dans un second temps des pluies entre la maturité physiologique et la récolte.

- la germination sur pied, qui se détermine tout d’abord au cours du remplissage grâce à la température (plus elle est élevée, plus la durée de dormance sera réduite). Puis à la maturité, les températures fraiches et l’humidité favorisent la levée de dormance et la germination des grains. Si les conditions climatiques s’améliorent durablement, il est probable que ce phénomène n’ait pas lieu.

- le temps de chute de Hagberg (TCH), qui peut être dégradé par l’intensité et la fréquence des précipitations à partir de la maturité (surtout dans le cas des variétés sensibles).

- le mitadinage sur blé dur, qui est déterminé par la pluviométrie entre la maturité et la récolte, la teneur en protéines du grain et la sensibilité variétale.

Les orges étant arrivées à maturité depuis déjà quelques temps, il est possible qu’une dégradation du PS et éventuellement un phénomène de germination sur pieds et de diminution du TCH soient observés. Pour les blés durs et blé tendres, ces paramètres peuvent ne pas être touchés, si les conditions à la maturité sont favorables. Seuls les PS pourraient être en retrait du fait des conditions pluvieuses au début du remplissage.

Arvalis - Institut du Végétal

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La Région veut développer les filières agricoles
Les élus tarnais ont présenté le budget de la Région pour l’année 2023. Plus de 77 millions d’euros seront consacrés à l’…
Gagner en efficacité pour pérenniser l'exploitation
Benoît et Cédric Barria, éleveurs d’ovins et bovins viande à Montirat, ont aménagé leur exploitation pour diminuer la pénibilité…
Pac 2023 : un « droit à l’erreur » venu du ciel
En vigueur à partir du printemps, la Pac 2023-2027 sera celle de la mise en œuvre du Système de suivi des surfaces en temps réel…
Le Tarn se rapproche de la barre des 400 000 habitants
Dans son dernier rapport, l’Insee annonce que 391 066 personnes résident dans le Tarn au 1er janvier 2020. La population augmente…
La nouvelle réforme de la PAC prend place
À compter de 2023, de nouvelles modalités d’octroi des soutiens agricoles seront mises en place. Retour sur les grandes lignes de…
Une indemnisation exceptionnelle suite à l'Influenza
 Après l’épisode d’Influenza aviaire H5N1 2021-2022, des mesures ont été récemment décidées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais