Aller au contenu principal

Dossier eau : un abreuvoir très léger adapté au pâturage cellulaire

Au Gaec Bovins porcs, les Cassar se lancent dans le pâturage cellulaire. Dans ce système où les animaux changent de paddock tous les jours, il fallait trouver un système d'abreuvement très facilement déplaçable. Explications.

Cette année, au Gaec Bovins porcs à Lombers, on se lance dans le pâturage cellulaire. L'objectif est d'arriver à nourrir le troupeau de 140 mères Aubrac en le laissant dehors toute l'année. «Le principe, c'est de laisser les animaux peu de temps sur des parcelles avec une forte pression de pâturage» Pierre Cassar, l'un des 4 associés. «Nous avons opté pour des paddocks de 1 000 m² sur lesquels on laisse environ 25 UGB, pendant un jour. En amont, cela demande d'aménager les parcelles pour les clôturer et installer l'abreuvement. Cela représente un certain coût, entre 400 et 500 EUR / ha, mais c'est un investissement qui est fait pour durer plusieurs années et qui simplifie vraiment le travail d'astreinte. Nous avons démarré sur une parcelle de 10 ha, sur laquelle nous n'avions pas l'eau. Il a donc fallu installer un compteur «chantier» sur le réseau d'eau potable qui passe en bordure. Il a fallu compter un mois de délai pour les travaux.»

L'eau est ensuite conduite aux différents paddocks avec du tuyau semi-rigide en 25 mm de diamètre. «La parcelle est découpée tous les 40 mètres dans le sens de la hauteur et tous les 25 mètres dans le sens de la largeur. Nous avons donc mis un tuyau d'eau tous les 80 mètres sur toute la hauteur de la parcelle. Une bouche raccord rapide a été placée tous les 25 mètres. Elle peut servir aux deux paddocks de part et d'autre de la clôture. Tous les 80 mètres, on a placé un abreuvoir que l'on déplace sur la hauteur de la parcelle. Ce sont des abreuvoirs doubles de 80 litres, à niveau constant. Étant donné le nombre d'animaux par paddock, il fallait une capacité importante. Nous le plaçons à 20 / 30 cm du fil pour ne pas qu'elles le souillent mais en milieu du côté du paddock pour qu'elles aient de la place et qu'elles ne se battent pas. Ces bac sont en plastique. Il suffit de les vider pour les porter jusqu'au parc suivant.»

Les premières semaines de pâturage cellulaire enchantent Pierre Cassar. «Ce système a pour but final de nous permettre de mieux valoriser nos parcelles en herbe en mettant plus d'UGB/ha et avoir ainsi davantage de surfaces pour les cultures de vente. L'idée, c'est aussi de réduire notre coût alimentaire en leur faisant toujours pâturer du fourrage de très bonne qualité et arrivant même à les engraisser à l'herbe, en extérieur.»

De nombreux avantages

«Mais le pâturage cellulaire présente de nombreux autres avantages. Nous n'avons plus à fertiliser ces parcelles, les vaches le font très bien toutes seules. Une forte pression de pâturage limite aussi la pousse des adventices : nous n'avons plus à passer la faucheuse pour nettoyer les paddocks. Et puis, nous voyons nos bêtes tous les jours ! Les changer de parcelles quotidiennement a nettement amélioré leur docilité, ce qui est très important pour notre sécurité lorsque l'on veut intervenir au milieu du troupeau. C'est sûr que cela demande du temps pour bouger les lots d'un paddock à l'autre, surtout qu'au total, nous avons environ 350 animaux avec les mères, les veaux, le renouvellement et quelques boeufs. Alors pour simplifier ce travail, nous devrions regrouper tous les animaux sur 50 ha de pâturage cellulaire, groupés autour de l'exploitation.»

S. LENOBLE

Retrouvez l'intégralité du dossier sur la version papier et dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais