Aller au contenu principal

ENVIRONNEMENT
Ecophyto: l’usage des phytos en baisse de 6 % en 2012

Selon le ministre de l’Agriculture, l’utilisation des produits phytosanitaires a reculé de près de 6 % en 2012, mais avec néanmoins de fortes disparités : net recul pour les insecticides et les herbicides, mais une croissance pour les fongicides

Le ministre de l'agriculture  a annoncé le 9 décembre une baisse de 5,7 % des usages des produits phytosanitaires.
Le ministre de l'agriculture a annoncé le 9 décembre une baisse de 5,7 % des usages des produits phytosanitaires.
© Le Paysan Tarnais

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a présenté lundi 9 décembre un point d’étape du plan Ecophyto, un plan lancé en 2008 par Michel Barnier. Le ministre a annoncé une baisse de 5,7 % des usages des produits phytosanitaires. Avec des disparités suivant les produits : -11 % sur les insecticides, - 11 % sur les herbicides, + 6 % sur les fongicides. "On a inversé la courbe et de manière sérieuse alors que les conditions météo n'étaient pas forcément favorables, a expliqué Stéphane Le Foll. Ce sont des résultats encourageants, même si nous ne sommes pas au bout de l'objectif". Le ministre intervenait à l’issue de la réunion annuelle du Comité national d’orientation et de suivi (Cnos) du plan Ecophyto.

Il a salué le déploiement de plus d'une centaine d'initiatives Ecophyto concrètes dont l'ensemble des agriculteurs peuvent aujourd'hui bénéficier : 3 400 bulletins de santé végétale en 2013, 300 000 professionnels détenteurs du Certiphyto, 5 plateformes spécifiques par filière pour la promotion de la lutte intégrée en ligne sur EcophytoPIC, 2 guides de bonnes pratiques déjà réalisés (viticulture, polyculture), plus de 200 journées portes ouvertes dans les 1 900 fermes du réseau DEPHY… Pour le ministre « ce processus s’inscrit totalement dans le cadre de l’agro-écologie ».Révision des objectifs Il a annoncé la mise en place, au début de l’année 2014, d’un tableau de bord de l’agro-écologie. Il a aussi indiqué que 200 000 agriculteurs avaient obtenu le certificat Certiphyto. « Nous n’arriverons pas à avoir tous les agriculteurs formés d’ici à la fin 2014 », a reconnu Stéphane Le Foll. « C’est un enjeu très important, mais il va falloir revoir les objectifs », a-t-il déclaré pendant la conférence de presse. Selon nos informations, il a été beaucoup plus clair au cours de la réunion du Cnos où il a annoncé le report de cet objectif. Toujours à la réunion du Cnos, Stéphane Le Foll a indiqué qu’un bilan à mi-parcours du plan Ecophyto, comprenant une révision des objectifs, serait réalisé au printemps prochain. Il a enfin annoncé le report de l’appel à projet sur les produits de bio-contrôle du 31 décembre 2013 au 31 janvier 2014. « La lutte intégrée et le bio-contrôle sont un enjeu majeur de l’agro-écologie, a souligné Stéphane Le Foll. Il faut donner une alternative aux agriculteurs ». Le ministre a fait part de son intention de réunir au mois de mars les entreprises du secteur du bio-contrôle : « Face aux géants de la chimie, il faut créer des géants du bio-contrôle ». Autre secteur qui sera mis en avant, celui du machinisme agricole, une « filière dynamique et qui innove ». Stéphane Le Foll a visiblement été séduit par l’enjambeur de vigne électrique qui lui a été montré à l’occasion de sa visite récente au Sitevi ! Là aussi, les entreprises seront réunies au mois de mars « pour les intégrer dans le processus de l’agro-écologie ». Enfin, Stéphane Le Foll a précisé que s’il n’abandonnait l’objectif initial de réduire de 50 % l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici 2018, il n’en fait pas « un absolu » : « L’objectif je le garde, mais ce qui m’importe c’est de créer les conditions pour créer une dynamique de terrain ».


Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Les couverts végétaux, une piste de travail pour une des fermes Dephy du Tarn

Parmi les objectifs des réseaux Fermes Dephy du plan Ecophyto, la démonstration de pratiques alternatives, économes en produits phytosanitaires auprès d'un large public d'agriculteurs est une finalité incontournable. Elle est mise en oeuvre par les agriculteurs de chaque réseau, qui accueillent sur leur exploitation et partagent leur expérience sur des thématiques diverses.

Dans ce cadre, une porte-ouverte était organisée mercredi 13 novembre chez Pierre- André Marc, jeune agriculteur, qui a partagé son expérience sur les couverts végétaux avec la problématique des sols du lautrécois, auprès d'une quinzaine d'agriculteurs.

Chrystel Lacz, ingénieur réseau et conseillère à la chambre d'agriculture du Tarn, a débuté cette matinée en présentant le réseau tarnais. Constitué de 9 exploitations en polyculture, sur les communes de Castres, Jonquières et Lautrec, ce réseau présente des assolements majoritairement avec céréales et tournesol. L'ail, les productions de semences (maïs, colza, ail, potagères) viennent diversifier l'assolement.

Les membres du réseau sont sensibilisés sur différentes pratiques : réduction de dose, choix variétal, désherbage mécanique, couverts végétaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais