Aller au contenu principal

Entretien tracteur : les petits gestes à ne pas oublier pour faire durer

Peu d’efforts sont nécessaires pour assurer la longévité de certaines pièces parfois cruciales. Les longues corvées de graissage sont derrière nous mais le graissage centralisé ne fait pas tout. Conseils de spécialistes.

© Le Paysan Tarnais

Si les tracteurs sont très suivis dans leur première année du fait de l’inclusion des opérations de maintenance dans le contrat de vente, il y a comme sur toute machine quelques opérations d’entretien à effectuer sur certains organes des tracteurs modernes. Il faut penser au graissage. La centralisation a grandement réduit le nombre de points sur lesquels l’utilisateur doit utiliser sa pompe, il reste néanmoins des graisseurs. Certains sont peu visibles lors d’un usage quotidien.

DEUX GRAISSAGES RAPIDES QUI COMPTENT VRAIMENT
Franck Cabrol, technicien spécialiste de la préparation et de la maintenance aux Ets Oulmière, désigne deux points de graissage qui sont parfois oubliés sur un tracteur : «Les chandelles de relevage, il faut y penser. Cela ne va pas empêcher de rouler mais il vaut mieux éviter qu’elles se grippent.» Pas si loin de l’attelage, on trouve les trompettes. «Les graisseurs sont un peu cachés. Il est conseillé de prendre le temps de mettre 3 à 4 coups de pompe à graisse à chaque vidange moteur.» Contrairement aux chandelles, un défaut de graissage peut entraîner de sérieuses complications et des réparations coûteuses en cas de casse d’un arbre de roue par exemple.

Si les tracteurs sont très suivis dans leur première année du fait de l’inclusion des opérations de maintenance dans le contrat de vente, il y a comme sur toute machine quelques opérations d’entretien à effectuer sur certains organes des tracteurs modernes. Il faut penser au graissage. La centralisation a grandement réduit le nombre de points sur lesquels l’utilisateur doit utiliser sa pompe, il reste néanmoins des graisseurs. Certains sont peu visibles lors d’un usage quotidien.

Flavien Roussel

CE QU’IL FAUT SAVOIR POUR LA 1ÈRE RÉVISION

Elle sert notamment à évacuer les possibles limailles produites lors du rodage. «Il n’y pas urgence à la demander dès la 50ème heure, surtout si vous êtes en plein travaux des champs, explique le chef d’atelier Francis Pagès. L’essentiel est de ne pas dépasser les 100 heures.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Les parlementaires à l'écoute de la FDO du Tarn
Les acteurs de la production ovine ont invité sénateurs et députés à Montredon-Labessonnié vendredi 28 mai. L’occasion d’échanger…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais