Aller au contenu principal

«On est arrivés à des prix déraisonnables, il faut redonner du sens et de la valeur»

Un patron de supermarché qui dit que la grande distribution est fautive en matière de prix trop bas, ce n’est pas courant. Le début du chemin vers des prix justes ? Explications avec Thierry Bonnet, patron du supermarché depuis un an à Blaye-Les-Mines.

Thierry Bonnet, patron du Super U de Blaye-les-Mines, pose ici avec des pommes des Vergers de Trébas, une des références de produits locaux qu’il propose dans ses rayons.
Thierry Bonnet, patron du Super U de Blaye-les-Mines, pose ici avec des pommes des Vergers de Trébas, une des références de produits locaux qu’il propose dans ses rayons.
© Le Paysan Tarnais

Être payé au juste prix. La revendication légitime portée par le monde agricole lors du premier chantier des états généraux de l’alimentation semble avoir été entendue par le président de la République qui a annoncé des mesures pour le premier semestre 2018 (notre édition de la semaine dernière). Il sera notamment question de relever le seuil de revente à perte pour les produits alimentaires, afin d’enrayer la spirale infernale de la guerre commerciale qui tire les prix toujours plus bas. Localement, des initiatives ont déjà été prises par des producteurs, en lien avec des responsables de magasin. C’est le cas notamment au Super U de Blaye-les-Mines. Thierry Bonnet, patron du supermarché depuis un an, entend développer cette démarche.

Système U assure s’engager toujours plus auprès des producteurs locaux. Comment cela se traduit-il dans votre magasin ?

Thierry Bonnet : «On voit bien que les gens veulent de plus en plus consommer des produits locaux. Ici, en plus, nous avons pas mal de touristes - juillet et août sont nos deux meilleurs mois en termes de chiffre d’affaires, après décembre. Nous devons donc mettre en avant des produits du cru. C’est pourquoi nous avons des partenariats avec des producteurs et des petites PME locales pour le frais et l’épicerie. Nous proposons ainsi à nos clients des fromages de Carmaux et du Ségur, des œufs du Séquestre, des volailles de Carmaux, du veau du Ségala, des pommes de Trébas, des vins de producteurs de Gaillac, de la charcuterie d’Aveyron, etc.»

Cette mise en avant des producteurs locaux, prisées par les consommateurs, d’autres enseignes la pratiquent également. Chacune essaye d’ailleurs de dire qu’elle lave plus blanc que blanc en la matière. En quoi vous différenciez-vous ?

T. B. : «Pour nous, c’est une démarche importante et évidente, qui enrichit le tissu économique du coin. Ce n’est pas qu’un discours, il y a une réelle démarche derrière, depuis toujours, et que j’entends encore accentuer depuis que je suis arrivé à la tête de ce magasin.»

Quelle part des produits proposés en magasin peuvent ou doivent être issus de partenariats noués avec des producteurs locaux ?

T. B. : «Il n’y a pas de limite dès lors que le produit a un intérêt qualitatif. Il faut qu’il ait plus de goût, ou qu’il soit plus traditionnel, plus sain, etc. Il faut qu’il y ait une histoire derrière, qu’il fasse vivre un exploitant ou une PME.»

Cela passe par une contractualisation avec les producteurs ?

T. B. : «Pas forcément. C’est au cas par cas, on est vraiment dans une démarche de proximité et de dialogue. Nous sommes très ouverts et à l’écoute des projets.»

Propos recueillis par D. Monnery

 

Retrouvez la suite de l'interview dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais