Aller au contenu principal

Favoriser les prédateurs pour limiter les populations de campagnols terrestres

Le campagnol terrestre fait partie d'un réseau complexe d'espèces où chacune est dépendante des autres. Faciliter la prédation peut permettre de limiter la pullulation de l’espèce. Retour sur l'expérience d'un éleveur tarnais, Philippe Payrastre.

Des piquets, hauts de 2,5 mètres, peuvent être installés pour que les rapaces puissent se poser.
Des piquets, hauts de 2,5 mètres, peuvent être installés pour que les rapaces puissent se poser.
© Le Paysan Tarnais

On distingue deux types de prédateurs dont l'influence sur les dynamiques de population de campagnol terrestre diffère :

- les prédateurs généralistes tels que le renard, la buse ou la fouine. Leur régime alimentaire est varié : ainsi lors d'une diminution des populations de campagnols, ils chassent d'autres proies. Ils présentent une réponse dite "fonctionnelle" et permettent de maintenir les populations de campagnols à des densités moyennes;

- les spécialistes (ex : l'hermine). Ils ont un régime spécialisé et peuvent chasser effectivement leur proie de prédilection jusqu'au plus profond des terriers. Ils sont même capables d'amener leur proie localement à extinction. Mais, du coup, les prédateurs s'éteignent aussi. Les populations de proies et de prédateurs oscillent donc entre des valeurs très hautes et des valeurs très basses.

Philippe Payrastre est éleveur sur la commune du Travet. Il y a 4 ans, la pression des campagnols s’est accentuée sur son exploitation. «Il y en a toujours eu mais depuis quelques années, certaines parcelles sont infestées. Le plus grave, c’est sur les luzernes car une fois que les campagnols ont mangé les pousses, elle ne repart pas.» L’éleveur a donc décidé d’installer des piquets, hauts de 2,5 mètres, pour que les rapaces puissent se poser. «J’ai posé les piquets aux intersections des parcelles et sur les bordures, là où ils ne gènent pas les travaux des champs. Pour une efficacité maximale, le piquet doit se trouver à une vingtaine de mètres de la parcelle infectée car s’il est trop près, le rapace ne peut pas avoir les campagnols dans son champ de vision. Il faut aussi compter un rayon de 50 à 60 mètres autour du piquet.»

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais