Aller au contenu principal

Syndical
FDSEA et JA81 : "nos produits ont un prix non négociable"

Les deux syndicats tarnais avaient convié le 17 mai les directeurs des GMS du Tarn pour parler coût de production, prix de vente et transparence sur l’origine des produits.

On connaît le goût des agriculteurs pour les visites surprises dans les grandes surfaces, à la recherche des dernières incohérences dans les rayons. Mais cette fois-ci, FDSEA et Jeunes Agriculteurs du Tarn ont voulu innover. Ce sont les grandes surfaces et leurs directeurs qui ont été invitées à se déplacer dans une exploitation agricole, au cœur du métier et des difficultés rencontrées par la profession. Chez Ludovic Marlot, éleveur bovins lait sur la commune de Fréjairolles, ils étaient plus d’une vingtaine à avoir répondu à l’invitation, avec un large panel d’enseignes et territoires représentés (Intermarché Albi, Castres et Carmaux, Leclerc Albi, Castres et Gaillac, Super U Castres, Soual et Lavaur, Netto Carmaux et Auchan Castres). Frédéric Florenchie, coprésident de la FDSEA81, a introduit la matinée : “après les manifestations, des contrôles ont été effectués dans les GMS pour vérifier si chacun respectait la loi Egalim. En Occitanie, 403 grandes surfaces ont été inspectées et 40% d’entre elles ne respectaient pas la loi. Ensuite, lors des négociations commerciales, les résultats montrent un décalage entre les augmentations des prix initialement demandées par les fournisseurs, à + 4,5%, et celles qui ont effectivement négociées, à + 1%. Cette augmentation ne suffit pas à couvrir la hausse de nos charges, ce n’est plus possible de travailler à perte.” Ce qui inquiète les agriculteurs tarnais, c’est le non-respect de la sanctuarisation du prix de la matière première agricole, dont le taux a chuté à seulement 65% dernièrement. “Cela témoigne de la pression croissante que subissent nos agriculteurs, trop souvent utilisés comme variable d’ajustement dans les négociations commerciales” alors que la loi précise que la MPA est non négociable (voir plus bas), alerte Christophe Rieunau, co-secrétaire général de la FDSEA81.

Une éducation à faire auprès des clients

La majorité des filières agricoles tarnaises était représentée, ce qui a permis de faire un plus large état des préoccupations et difficultés rencontrées par chacun. À commencer par celui qui accueillait la rencontre, Ludovic Marlot, dont la conjoncture actuelle fait planer un doute quant à la pérennité de l’exploitation : “aujourd’hui, mon lait est vendu à 416 €/1000L et le coût de mes charges est à 460€. Ma production a été divisée par deux, je ne prends plus de salarié et forcément, on se pose des questions pour la suite. Mon fils reprendra la ferme que si on arrive à avoir des prix. Vous avez un rôle à jouer pour le maintien de nos exploitations”. Christophe Caussé pour la viticulture, Jérôme Redoules pour les ovins ou Christophe Rieunau pour les bovins ont aussi insisté sur un nécessaire meilleur affichage de la provenance des produits dans les rayons et une meilleure mise en valeur de nos produits français. “Cela fait mal, quand on va dans les supermarchés, de voir des asperges ou fraises d’Espagne. Faisons travailler nos producteurs pour soutenir notre cause. Cela serait bien aussi qu’occasionnellement, on puisse voir des éleveurs tenir un petit stand dans le magasin et qu’il fasse goûter leur viande et produits. Mais c’est surtout pour pouvoir parler directement au consommateur. Il y a toute une éducation à faire auprès d’eux”, suggère également le président des JA81 Christopher Régis.

"Entre vous et nous il y a aussi des intermédiaires pas toujours transparents"

Pendant plus d’une heure, les échanges se sont poursuivis entre les deux parties, avec des distributeurs compréhensifs mais défendant aussi leur cause. “On a des clients avec des portes-monnaie variables, donc on doit aussi pouvoir gérer ça”, s’exprime l’un d’entre eux. “On a aucun intérêt à ce que vos exploitations ferment. On respecte votre matière première agricole, que l’on ne négocie jamais. Mais entre vous et nous, il y a aussi les industriels et l’État qui ne doivent pas être exempts de tout reproche”, note Stéphane Friez de l’Intermarché de Castres. 

Après avoir remercié les représentants des GMS pour leur présence, la matinée s’est conclue autour d’un buffet de produits locaux de l’association de la Ferme Tarnaise sur votre table. Et Christopher Régis d’ajouter : “pour les enseignes qui n’ont pas répondu présent, il faut qu’ils s’attendent à bientôt nous voir arriver”. Peut-être déjà le retour des agriculteurs dans les rayons…

Non-négociabilité de la MPA (matière première agricole) 

L’art L. 441-1-1 du Code de commerce propose au fournisseur d’assurer cette transparence du prix de la MPA par l’intervention d’un tiers indépendant, généralement un commissaire aux comptes, attestant, au plus tard un mois après la conclusion de la convention, du respect de la sanctuarisation de la part des MPA. Si le tiers refuse d’établir cette attestation dite «aval», ou s’il délivre une attestation dite «négative» (attestation selon laquelle la sanctuarisation n’a pas été respectée), une amende administrative peut être décidée sur le fondement de l’art. L. 443-8-VII.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Mise en oeuvre du tarif réduit du GNR : ce que vous devez savoir

À compter du 1er juillet 2024, les agriculteurs pourront bénéficier d’un tarif réduit sur le gazole non routier (GNR)…

Une récolte "correcte" pour oublier les années difficiles

Le syndicat de défense est revenu sur les résultats de la campagne et sur les projets à venir pour préserver le dynamisme de…

Loup: Etats membres divisés, révision du statut de protection probablement reportée

Les ambassadeurs des États membres ne sont pas parvenus lors de leur réunion du 15 mai à un accord sur la révision du statut…

Après la manifestation, des dégâts chez les agriculteurs

La manifestation anti-autoroute du 8 juin n'est pas sans conséquence pour les agriculteurs.

Arsoé : "Continuer à chercher de l'activité en élevage"

Trois questions au président de l’Arsoé de Soual, Michaël Meyrueix, après l’assemblée générale de la coopérative le 24 mai…

FDSEA et JA81 : "nos produits ont un prix non négociable"

Les deux syndicats tarnais avaient convié le 17 mai les directeurs des GMS du Tarn pour parler coût de production, prix de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais