Aller au contenu principal

Céréales
Flambée du prix du blé sur les marchés internationaux

Les sécheresses et les périodes caniculaires ont généré des pertes de production de blé tendre et d’orges importantes, suscitant un vent de panique sur les places de marché.

© Rawpixel

777 millions de tonnes (Mt), c’est la production mondiale de blé estimée par l’USDA, l’organisme américain de statistiques du secrétariat à l’Agriculture dans son dernier rapport publié le 12 août dernier. Un mois auparavant, ce même organisme annonçait encore une production de 792 Mt. De même, ce ne seraient plus 153 Mt d’orges qui seraient récoltées, mais 149 Mt. Au total, près de 20 Mt de blé et d’orges seraient produites en moins par rapport à l’estimation du mois de juillet dernier. Cette nouvelle a provoqué un vent de panique sur les places de marché. A Rouen, le prix du blé a franchi le seuil de 250 € la tonne. Le 16 août, la tonne de grains valait même 259 €, soit 80 € de plus qu’un an auparavant. 

Dégonflement des stocks

Pourtant la nouvelle production mondiale de blé est quasiment identique à la récolte 2020 qui avait été alors une moisson record. Mais comme la consommation croît inexorablement (+16 Mt sur un an en 2021), la production mondiale de blé serait déficitaire pour la seconde année consécutive. En conséquence, les stocks mondiaux de la céréale se replieraient de 11,5 Mt d’ici la fin du mois de juin 2022, après avoir diminué de 9 Mt la campagne précédente. Ce nouveau recul serait essentiellement supporté par les huit pays exportateurs majeurs de la planète. Par ailleurs, malgré des prix élevés, les pays importateurs de blé ne projettent de réduire leurs achats (199 Mt) qu’à la marge. Il y a un mois, l’USDA tablait sur 204,5 Mt. Mais pour faire leurs emplettes, ces pays privilégieront la carte de la proximité car le prix du fret renchérit considérablement les montants des grains importés. La survenance de plusieurs facteurs climatiques explique l’emballement des prix du blé. Les épisodes caniculaires en Russie, à l’ouest du Canada et aux Etats-Unis ont généré d’importants dégâts tandis qu’en Europe du nord, les précipitations importantes dégradaient la qualité des céréales arrivées à maturité. Selon l’USDA, la Russie ne produirait plus que 72,5 Mt de blé alors que le mois passé l’estimation portait sur 85 Mt. Au Kazakhstan, seules 12,5 Mt seraient moissonnées (-1,7 Mt sur un mois). Aussi, les deux pays n’exporteraient que 42,2 Mt de grains alors qu’au mois de juillet dernier, l’estimation portait sur 46,2 Mt.

Exportations françaises soutenues

Dans le bassin de la mer Noire, seule l’Ukraine affiche un bilan de campagne 2021-2022 d’ores et déjà très positif. Le pays produirait 33 Mt (+ 8Mt sur un an) et en exporterait 23,5 Mt (+6,75 Mt sur un an).
D’ici la fin de la campagne actuelle, le Canada ne vendrait que 17 Mt de blé à des pays tiers alors qu’au mois de juillet, il tablait encore sur 24 Mt. Mais seules 24 Mt seraient récoltées, soit 11 Mt de moins qu’en 2020. Et aux Etats- Unis, la production de blé est dorénavant estimée à 46 Mt, en repli de 3,7 Mt sur un an.    
Dans ce contexte, l’Union européenne, et la France en particulier, ne rencontreront aucune difficulté pour exporter leurs céréales. Sur les 138,6 Mt de blé produites par les vingt-sept pays membres, 35 Mt seront vendues hors de l’UE (+5,2 Mt sur un an). «Et face à la situation hétérogène observée en matière de qualité sur le continent européen, l’Algérie revoit ses niveaux d’exigences», rapporte Agritel, l’organisme spécialisé dans la gestion des risques des marchés.

10 Mt de maïs en moins aux Etats-Unis

Dans son rapport, l’USDA estime dorénavant la production étasunienne de maïs à 375 Mt, soit 10 Mt de moins qu’annoncé le mois précédent. Pour autant, le prix de la tonne de maïs ne s’est pas envolé car les marchés sont correctement approvisionnés. Dans l’Union européenne, le potentiel de production reste élevé. Toutefois, la campagne mondiale de maïs serait à peine équilibrée : 1 186 Mt de grains seraient produites, soit 8,5 Mt de moins qu’en juillet dernier. Or la consommation augmenterait de 43 Mt pour s’établir à 1 183 Mt. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Les Z'Elles gaillacoises volent au secours du pigeonnier
Les vigneronnes du Gaillacois se mobilisent ces 10, 11 et 12 juin à Cadalen.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais