Aller au contenu principal

Viticulture
Gaillac : l'avenir du vignoble en question

La journée technique de la Chambre du Tarn a permis de répondre aux interrogations sur la transmission et l’installation en viticulture.

Un moment de rencontres et d’échanges pour faciliter la transmission et l’installation. La Chambre d’agriculture du Tarn organisait le vendredi 24 mars à Albi une journée viticulture, qui regroupait des exploitants, cédants et candidats à l’installation dans le vignoble gaillacois, en partenariat avec les caves coopératives de Labastide de Lévis et Vinovalie, la Maison des Vins, Vignerons Indépendants, Terres de Gaillac, la Safer, le Département et les Jeunes Agriculteurs. Réunis dès 9h le matin, les nombreux participants ont d’abord écouté attentivement la présentation du vignoble puis les points techniques pour bien réussir sa transmission et son installation : “Il faut bien définir ses objectifs au départ. Pour la cession, il faut réfléchir à l’échéance, à son projet de vie de retraite, à ce que je veux céder de quelle manière. Pour cela, il y a plusieurs types de contrat qui peuvent être établis entre le cédant et le nouvel installé. Globalement, pour céder, il faut démarrer la démarche au moins trois ans avant”, présente Christine Vaysse, conseillère installation/transmission à la Chambre d’agriculture du Tarn. Côté installation, plusieurs étapes sont aussi à respecter : “Il faut dans un premier temps rencontrer des viticulteurs, se confronter au métier, se former, se constituer un premier réseau. Puis ensuite rechercher une exploitation, étudier la viabilité de son projet et le financer.”

Bien s'entourer

Mais pour réussir en viticulture, il faut aussi être bien entouré. C’est tout l’objectif des groupements d’agriculteurs. Thierry Massol, conseiller viticulture à la Chambre du Tarn, a notamment présenté le groupe Dephy du Gaillacois : “On est 12 agriculteurs dans ce groupe. L’axe de travail majeur est sur la réduction des produits phytosanitaires. Mais plus globalement, l’intérêt, c’est de pouvoir bénéficier de références techniques, d’expérimentations, de témoignages ou de formations.” En complément du Dephy, il existe aussi le groupement “30 000 fermes” dans le Tarn, qui travaille sur les mêmes problématiques.

En fin de matinée, les participants ont eu également droit à des témoignages de viticulteurs gaillacois qui ont pu partager leur expérience du métier et délivrer quelques conseils : “Je n’ai pas de regrets de m’être lancé. C’est un métier passionnant. Il faut savoir bien s’entourer et être conscient de l’investissement et des sacrifices que cela demande de faire”, reconnaît Sylvain Galand, viticulteur depuis 2009 à Cestayrols. “Je suis satisfait de mon choix et de mon parcours. Ce fut plus difficile que prévu pour le montage financier mais il faut s’accrocher. Je pense que Gaillac est une terre avec un très bon potentiel pour notre métier et avec un climat plutôt favorable”, souligne Pierre Fabre, gérant du domaine Gayrard à Milhavet. Des débuts compliqués à l’installation, Luc Bontemps en a connu aussi. Ancien journaliste à Paris, il déménage dans le Tarn avec sa compagne et reprend en 2020 le domaine du Clos Rocailleux à Andillac. “On a démarré en même temps que la période covid. La commercialisation de nos bouteilles était difficile. On faisait du porte-à-porte. Mais malgré cela, je n’ai aucun regret sur mon choix de reconversion. J’adore ce métier et la dynamique est bonne à Gaillac entre tous. Le prix du foncier est aussi plus avantageux ici.”

La journée s’est poursuivie dans l’après-midi avec des speed-dating entre viticulteurs, porteurs de projet et techniciens. Des échanges riches qui ont permis d’engager la réflexion quant au devenir du vignoble gaillacois.

Ils ont dit...

Jean-Claude Huc, président de la Chambre d’agriculture du Tarn : “Le renouvellement des générations est un vrai sujet en viticulture. Il y a pleins de choses à travailler, notamment la prise en compte des anciens qui ont construit un outil de travail et il faut voir comment cela peut profiter à un jeune qui s’installe. On a voulu s’approprier ces sujets-là pour aider à réfléchir et faciliter la mise en relation des cédants et des gens qui arrivent dans le métier. Il me semble que c’est la vitalité du vignoble et du département qui feront que, si on réussit ces choses-là, demain on sera encore plus nombreux. Et je fais partie de ceux qui croient qu’on a souvent plus besoin de voisins que d’hectares.”
Cédric Carcenac, président de la Maison des Vins et secrétaire général de la Chambre d’agriculture du Tarn : “La transmission reste au cœur de notre vignoble si on veut continuer à installer demain. Sur les 6 500 hectares de vigne que nous avons, la moitié des vignerons ont plus de 55 ans. Il y a plusieurs défis à relever notamment sur l’accès au foncier, l’accès à l’eau et le social, autant sur le renouvellement des générations que sur l’emploi. Il faut aussi se poser la question de l’avenir et de comment sera notre vignoble en 2040. On est en train de travailler sur plusieurs scénarios qui permettront aux futurs installés d’avoir une vision plus lointaine. Il y a une phrase qui dit “un vignoble d’avenir a toujours un passé”, alors l’avenir c’est vous et le passé c’est nous, et Gaillac a encore de l’avenir devant lui.” 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Tous à Albi le 14 novembre pour défendre l'agriculture !

Après les panneaux retournés dans les communes tarnaises, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs appellent à manifester le mardi…

Pour la FDSEA 81, "on marche sur la tête !"

Frédéric Florenchie et Marie-Line Bruel présidaient le conseil d’administration de la FDSEA qui a pointé du doigt les…

Loup : quelle est la situation aujourd'hui dans le Tarn ?

Les attaques sont moins nombreuses en 2023 dans le département mais la période reste toujours stressante pour les éleveurs sur…

Des panneaux de communes retournés dans le Tarn

Qui est à l'origine de cette mystérieuse action dans nos campagnes tarnaises ?

Au Mas de Guilhoume, la relève est assurée !

Le 10 octobre Flavien Razous a rejoint la société de ses parents, devenant le 3e associé du Gaec Mas de Guilhoume (Tarn) et…

4 foyers dans le Tarn et point d'information sur les mouvements d'animaux

Au 2 novembre dernier, 2 136 foyers de MHE étaient déclarés, avec une zone qui s’étend vers le nord. Un foyer vient d’être…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais