Aller au contenu principal

Equin
« Il faut une structure départementale pour défendre la filière équine»

Dans le cadre du dossier équin, du Paysan Tarnais de la semaine du 18 avril, Laurent Prenat réagit aux changements des taux de TVA applicables depuis le début de l'année.

© Laurent Prenat

Laurent Prenat est éleveur équin et directement concerné par les changements des taux de TVA applicables aux activités hippiques et d'élevage d'équidés. Il a répondu à nos questions sincèrement en espérant quelques changements.

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} Pourquoi les nouveaux taux de TVA ne vous satisfont pas ?

Après l'équarrissage il y a quelques temps (compter environ 350€ par cheval) cela fait un an que nous entendions parler de cette hausse des taux de TVA. Les changements réalisés sont très pénalisant pour les éleveurs. Aujourd’hui, je suis obligé d’appliquer un taux de TVA 10 fois plus élevé que l’année passée. L'élevage de chevaux de selle est pratiqué par des professionnels mais aussi de simples passionnés qui n'ont ni charges sociales ni impôts sur leur production. Donc à valeur intrinsèque égale un cheval, né chez un professionnel assujetti à la TVA, vaudra désormais 20% plus cher que chez un simple passionné. Il en va de même pour les pensions de chevaux auxquelles les agriculteurs doivent aujourd'hui ajouter 19,6% de TVA (ndlr : les centres équestres appliquent pour l'instant un taux de 7%).

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

A votre avis y-a –t- il un vrai manque de représentation de la filière équine dans le département ?

Bien sûr, la filière équine est très peu structurée et donc peu représentée. Nous avons du mal à créer un organisme qui puisse tous nous défendre. Cela vient sûrement de la multitude d’activités exercées au sein de cette filière et que la concurrence est très importante. Ce dernier point nous pénalise. Il est important, je pense qu' un conseiller à la Chambre d’agriculture puisse nous fédérer et nous transmettre toutes les informations. Nous manquons de recul quand au prix de revient de notre production, depuis la disparition des Haras nationaux il est important pour les éleveurs de trouver de l'appui technique et ce n'est plus possible.

Qu’attendez-vous d’un organisme départemental aujourd’hui ?

Une vraie défense de toute la filière équine et pas seulement une petite partie. Depuis un an, les syndicats (FNC et GHN) n’ont défendu qu’une partie de la filière. Et pourtant, nous éleveurs sommes les seuls à détenir le cycle biologique de l’animal et nous sommes clairement pénaliser. De plus, le cheval n'est pas reconnu comme production au niveau de la PAC; les chevaux comptent dans les chargements mais ne perçoivent aucune aide. A l'heure de la régionalisation de la PAC, nous devons nous structurer et être représentés pour faire rentrer notre production dans les "bonnes cases".


Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Les parlementaires à l'écoute de la FDO du Tarn
Les acteurs de la production ovine ont invité sénateurs et députés à Montredon-Labessonnié vendredi 28 mai. L’occasion d’échanger…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais