Aller au contenu principal

Irriguer ses vignes pour mieux valoriser ses raisins en vin de pays

Christophe Bou est viticulteur à Couffouleux. Depuis deux ans, il irrigue de la vigne pour augmenter ses rendements en vin de pays. Les résultats ont été à la hauteur de ses attentes. Cette année, 5 ha supplémentaires sont irrigués.

En vin de pays, il ne faut pas que la vigne stresse, il faut commencer à irriguer dès le démarrage de la végétation.
En vin de pays, il ne faut pas que la vigne stresse, il faut commencer à irriguer dès le démarrage de la végétation.
© Le Paysan Tarnais

Christophe Bou est viticulteur en Earl sur la commune de Couffouleux. Il livre ses raisins à la cave coopérative de Rabastens. L'année dernière, il s'est lancé dans l'aventure de l'irrigation. Il a fait installer un goutte-à-goutte sur 6 hectares de vignes. Objectif principal : arriver aux 120 hectolitres / ha demandés pour la production de vins de pays. A cet effet, il a aussi pratiqué la taille rase de précision sur ces vignes, avec une machine en Cuma. Et les résultats sont là : les rendements visés ont été atteints !

Mais la progression des rendements n'est pas le seul but de la démarche. «Dans mes sols sans argile, les années très sèches entraînent un manque à gagner direct, mais elles ont aussi des conséquences sur le matériel végétal», explique Christophe Bou. «On a eu des pertes de ceps après les grosses sécheresses. L'irrigation vient sécuriser ma production en pérennisant mon outil de travail. C'est un point qui a beaucoup pesé dans mon choix.» Le fait d'avoir déjà l'eau sur l'exploitation a aussi facilité la décision.

Christophe Bou a opté pour un système de goutte-à-goutte. «On est moins exposé au vent, aux phénomènes d'évapotranspiration, aux maladies. Et puis, on reste sur un arrosage très régulier et très localisé. Cela permet d'apporter une quantité totale d'eau raisonnable, entre 100 et 150 mm.» Pour Christophe Bou, le jeu en vaut la chandelle. Non seulement, il a plus de raisin à se faire payer, mais ses rendements élevés lui permettent en plus d'en obtenir une meilleure rémunération. La prochaine étape sera de progresser encore sur ses charges et sa production avec la mise en place de la taille simplifiée sur ses vignes irriguées.

Plus d'infos dans le Paysan Tarnais...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais