Aller au contenu principal

J-2 avant la foire agricole de Réalmont : le point sur les préparatifs !

Ce week-end, c’est la 56ème foire agricole de Réalmont. Pour préparer le chapiteau des animaux et les concours bovins, une cinquantaine d'éleveurs et stagiaires sont sur place.

 

C’est une machine bien huilée de la foire agricole de Réalmont. D’une année sur l’autre, le déroulé de l’organisation est sensiblement le même. Un groupe d’éleveurs tarnais, représentant les races bovines en concours (Prim’Holstein, Limousine et Blonde d’Aquitaine), les moutonniers et les éleveurs équins, pilote les préparatifs du chapiteau des animaux. «En novembre, nous faisons un premier bilan avec l’association Réalités réalmontaises» expliquent Philippe Girou, Matthieu Durand et Marc Gazaniol. «En décembre, nous nous réunissons avec la Maison de l’élevage pour affiner la disposition des stands et des races sous le chapiteau. Quand il y a un concours particulier, comme cette année avec le régional en race limousine, c’est vrai que ça chamboule tout. Mais, cela ne pose pas de souci particulier, les autres races jouent toujours le jeu pour présenter moins d’animaux et laisser de la place. Nous sommes tous conscients que la foire agricole de Réalmont, ça veut dire quelque chose pour les gens. C’est un grand week-end pour l’élevage tarnais et toutes les races doivent être présentes !»

 

Ensuite, chaque syndicat de race ou groupe d’éleveur gère son concours ou sa présentation en interne... Et tout le monde se retrouve ensuite à quelques jours de la foire ! «Le chapiteau est livré déjà monté mais nous devons réaliser tout l’aménagement intérieur. Pour cela, nous arrivons à une cinquantaine de bénévoles, une quarantaine d’éleveurs et une dizaine de stagiaires du lycée agricole de Fonlabour. Pendant la semaine précédant la foire, nous mettons en place les plots, les lices, les stands, les gradins, l’eau, l’électricité, la sciure et le ring… Le gros de l’activité étant concentré sur mardi et mercredi. Il faut également amener la paille et le foin pour les 3 jours. Un installateur vient mettre en place une salle de traite pour les Prim’Holstein qui sont en concours. Nous ne manquons pas de travail !» Ces préparatifs sont aussi des moments de convivialité auxquels les éleveurs sont très attachés, avec notamment le repas du mardi midi assuré par les moutonniers du département.



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais