Aller au contenu principal

Jusqu'ici tout va bien pour l'ail rose de Lautrec !

Tonnage et qualité semblent au rendez-vous cette année, mais l’expérience de l’an dernier incite à la prudence. Témoignages.

© Le Paysan Tarnais

La mauvaise expérience de l’an dernier a montré qu’il ne fallait pas se réjouir trop vite, alors la prudence reste de mise. Mais tout de même, les signaux sont favorables en ce qui concerne la récolte de l’ail, tant en tonnage qu’en calibre, et c’est plutôt une bonne nouvelle.

«Tout le monde a fini de récolter autour du 8 juillet, on est dans la normalité», souligne Gaël Bardou, président du syndicat de défense du label rouge et de l’IGP Ail Rose de Lautrec. Et surtout la qualité semble au rendez-vous. Malgré le manque d’ensoleillement en avril-mai, «l’ail a mûri doucement, comme il faut, note Alexandre Gleizes. Si on n’a pas de problème de conservation, ce sera une bonne année.»

Pas de coup de chaud en juin, à la différence de l’an dernier, qui avait empêché l’ail d’arriver à maturité. «On a bénéficié d’une meilleure météo cette année, commente Gaël Bardou. Avec la végétation abondante, à cause des pluies du printemps, on pouvait s’attendre à récolter des gros calibres, mais finalement on a des calibres moyens.»

L’autre particularité de la récolte 2018 est qu’elle a remonté beaucoup de terre, toujours à cause des pluies incessantes du printemps. Cela a donc demandé plus de travail derrière, ou nécessité davantage de main d’œuvre dans les champs.

Avant le début de la commercialisation, fixée au jeudi 19 juillet, et la fête de l’ail rose de Lautrec qui suivra les vendredi 3 et samedi 4 août, le séchage semble lui aussi se passer dans de bonnes conditions. «On n’a pas eu de mauvaise surprise cette année, c’est plutôt pas mal», constate Christophe Saulières, un des producteurs à avoir investi dans une chambre froide de conservation. Chat échaudé craignant l’eau froide, les producteurs ne veulent surtout pas se réjouir trop vite : «Pour le moment ça a l’air bien mais on en saura davantage à la mi-août», tempère Gaël Bardou. Et Christophe Saulières de rappeler : «L’an dernier on était tous contents, mais au final…»

D. Monnery

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais