Aller au contenu principal

La cave de Labastide change de braquet pour accélérer développement à l’export

La cave de Labastide s’engage dans un plan de développement ambitieux, notamment à l’export, et va investir dans un nouvel atelier de production de vin effervescent.

Michel Darles à gauche et Alain Fonvieille, respectivement directeur et président de la cave de Labastide, ont présenté le plan d’actions stratégique pour les trois années à venir.
Michel Darles à gauche et Alain Fonvieille, respectivement directeur et président de la cave de Labastide, ont présenté le plan d’actions stratégique pour les trois années à venir.
© Cave de Labastide

Ces dernières années, la cave de Labastide a mis l'accent, dans son développement stratégique sur l'oenotourisme et la vente aux particuliers. Avec succès puisque le résultat des ventes au caveau est en nette progression, tout comme les ventes en grande distribution. Point d'orgue, sur le plan touristique, l'ouverture du parcours de légende sur le site de la cave, il y a un an, est un succès, avec une fréquentation supérieure aux objectifs fixés. «Les investissements tant hu-mains que financiers ont porté leurs fruits, avec une nette augmentation sur site et une plus forte notoriété. Meme si nous devons poursuivre nos efforts, la machine est maintenant lancée et nous pouvons désormais commencer de nouveaux challenges» explique Alain Fonvieille, le président de la cave coopérative.

Le conseil d'administration a donc travaillé sur un nouveau plan stratégique à trois ans. «Nous l'avons construit en équipe depuis six mois et il a été voté en conseil pour être mis en application. Notre objectif est de nous projeter dans l'avenir et d'accroître l'activité et la notoriété de la cave». Le conseil d'administration a mis la barre haut depuis l'amont jusqu'à l'aval, dans le prolongement des actions passées ou déjà en place.

Chine et Etats-Unis en cibles principales

Le point le plus marquant est la stratégie de développement à l'export. «C'est l'axe majeur du vaste plan que nous mettons en oeuvre dès aujourd'hui» détaille Michel Darles, le directeur de la cave de Labastide. «L'export est un élément primordial compte-tenu du marché actuel et de ses évolutions.» Si la cave coopérative développe ses ventes aux particuliers et en grande distribution, le marché intérieur français est en effet moins porteur qu'à l'export. «Nous devons aller chercher des leviers de développement ailleurs» constate le président de la cave avant de présenter les éléments d'analyses qui ont servi à la mise en place du plan stratégique. «A l'export, la Chine et les Etats-Unis sont des cibles très importantes que nous avons déjà touchées mais sur lesquelles le potentiel est important. C'est un moyen de valoriser la qualité de nos vins et de développer l'image de l'entreprise.»

Une adhésion à InVivo wine

Les premiers résultats obtenus par la cave sont encourageants pour positionner la marque «Labastide» à l'étranger. «Les bulles et le perlé sont bien accueillis malgré des barrières d'accès aux marchés. Nous avons donc mis des moyens humains et matériels pour être présents dans ces pays.»

Dans ce cadre stratégique, la cave a adhéré à la première union de coopératives française : InVivo, et plus particulièrement le pôle d'activités vin appelé InVivo wine (lire en encadré). «Nous partageons les valeurs de la coopération et cela s'est fait naturellement, explique Alain Fonvieille. Cela va nous permettre d'accéder à un marché mondial avec une autre dimension. Nous avons identifié un panel court de marque à l'international. L'idée est bien de mettre en avant la marque Labastide. Des réservations sont déjà enregistrées pour la récolte 2016.»

A. RENAULT

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Influenza : sept communes se rajoutent à la zone
La situation évolue dans le Tarn. Sept communes rejoignent les zones de protection. Une réunion s’est tenue ce mardi à Albi pour…
Le sénateur Bonnecarrère à l'écoute des revendications des éleveurs laitiers à Puygouzon.
Lait : la FDSEA rencontre les parlementaires
 La FDSEA du Tarn a sollicité les députés et sénateurs du département pour présenter la situation tendue dans les élevages…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais