Aller au contenu principal

La marque Parc en plein développement !

Le parc naturel régional du Haut Languedoc a mis en place une marque collective qui valorise les produits, l’accueil et les savoir-faire.

Sur le territoire, 19 producteurs de viande bovine ont été audités et commercialisent désormais en vente directe leurs produits estampillés de la marque Parc.
Sur le territoire, 19 producteurs de viande bovine ont été audités et commercialisent désormais en vente directe leurs produits estampillés de la marque Parc.
© Le Paysan Tarnais

Comme de nombreux parcs naturels régionaux, le parc du Haut-Languedoc a mis en place une marque collective. Celle-ci a pour objectif de valoriser l'appartenance au territoire, la préservation de l'environnement et la dimension humaine du projet. Elle peut concerner des produits alimentaires, des formules d'accueil ou encore des savoir-faire. Pour l'instant, le parc naturel régional du Haut-Languedoc (PNRHL) a lancé la démarche pour 5 produits et 2 types d'accueil.

Sur le territoire, la marque la plus développée est celle sur la viande bovine. 19 producteurs ont été audités et commercialisent désormais en vente directe leurs produits estampillés de la marque Parc. Une valorisation importante pour ces éleveurs, qui vendent tous en circuits courts. Que ce soit pour les particuliers, les bouchers ou la restauration collective, cette forte identité Parc est un gage de pratiques peu intensives et respectueuses des valeurs du territoire.

Pour définir les critères de la charte de chaque marque, des groupes de travail sont formés et conduits par le PNRHL. «Nous réunissons un maximum d'acteurs de la filière pour élaborer ces cahiers des charges» explique Pascal Charles, chargé de mission au PNRHL. «Dès que c'est possible, nous nous appuyons sur l'existant. Par exemple, la charte pour la viande bovine demande le respect de la charte des bonnes pratiques d'élevage. Ensuite, s'ajoutent des critères qui confirment une appartenance forte au territoire et à ses spécificités et très orientés sur le développement durable.»

Les critères pour la viande bovine
La maison de l'élevage du Tarn a participé à l'élaboration des critères de la maque Parc sur la viande bovine. «Techniquement, ce cahier des charges est basé sur un mode d'élevage plutôt extensif.» précise François Orféo, de l'EDE du Tarn. «Le chargement doit être inférieur ou égal à 1,4 UGB/ha. L'alimentation est principalement basée sur le pâturage et le foin. Les animaux doivent être de races à viande ou rustique. Sont aussi intégrés des critères sur les pratiques culturales respectueuses de l'environnement, l'entretien des abords de l'exploitation, le bien-être animal... La dimension territoriale a bien-sûr une place prépondérante avec la localisation de l'élevage, l'origine des animaux mais aussi l'utilisation de ressources locales pour l'alimentation ou encore l'abattage, qui doit être réalisé dans ou à proximité du territoire du PNRHL.» L'EDE est d'ailleurs chargée de réaliser les audits des éleveurs qui souhaitent se faire «marqués». Si vous aussi, vous êtes intéressés par la démarche, n'hésitez pas à vous renseigner !

Contact : Pascal Charles, PNRHL, 04.67.97.38.22

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Influenza : sept communes se rajoutent à la zone
La situation évolue dans le Tarn. Sept communes rejoignent les zones de protection. Une réunion s’est tenue ce mardi à Albi pour…
Le sénateur Bonnecarrère à l'écoute des revendications des éleveurs laitiers à Puygouzon.
Lait : la FDSEA rencontre les parlementaires
 La FDSEA du Tarn a sollicité les députés et sénateurs du département pour présenter la situation tendue dans les élevages…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais