Aller au contenu principal

Filière
Lait de brebis : bientôt une révolution dans le rayon de Roquefort ?

La filière Roquefort est en difficulté. L’interprofession cherche donc des solutions pour l’avenir. Une révolution qui pourrait porter sur les produits mais aussi sur le calcul de la rémunération du lait aux producteurs.

© Le Paysan Tarnais

 

Les producteurs de lait de brebis du rayon de Roquefort sont inquiets. Nombre d’entre eux font part de leur souci de voir leur filière en difficulté, notamment suite aux chutes de vente de Roquefort, leur produit phare. Depuis l’automne, l’interprofession a pris à bras le corps la problématique. Robert Glandières, président de la fédération régionale des syndicats d’éleveurs de brebis (FRSEB), explique la teneur de la réflexion en cours.

«Depuis cet automne, l’interprofession de Roquefort a démarré un audit avec un cabinet spécialisé pour évaluer notre marché du lait de brebis en France et définir les orientations à mettre en œuvre pour redynamiser notre rayon de Roquefort par la création de nouveaux produits à valeur ajoutée ou par un nouveau développement des produits existants qui valorisent le mieux notre lait», a précisé Robert Glandières. «La réflexion porte aussi sur le paiement du lait et la gestion de la production, car suite à la mise en place du paquet lait, notre interprofession ne pourra plus prendre à sa charge la négociation du prix du lait et la gestion des volumes, il est clair qu’il en sera fini du système de référence tel qu’on le connaît», a-t-il complété.

 

Réactions et témoignages tarnais sur ce dossier

 

Jérôme Redoulès, administrateur FRSEB

« Aujourd’hui, la filière Roquefort est dans l’obligation d’évoluer pour plusieurs raisons. La première c’est la baisse de consommation des produits du rayon. Nous devons nous poser des questions sur l’avenir de la filière et même si le Roqufort reste le moteur, il faut lui refaire une place au milieu de la faune fromagère. Il faut aussi se poser des questions sur de nouveaux produits pour améliorer la valorisation du lait des producteurs. L’autre raison de l’obligation d’évoluer, c’est le paquet lait qui s’applique au lait de vache et qui va s’appliquer au lait de brebis. Il nous fait regagner de la visibilité dans la filière. Pour moi, ces nouvelles orientations à définir sont une révolution, mais une révolution qui doit être maîtrisée. Pour ce qui est de l’organisation d al filière, notre avenir passera sans aucun doute par l’interprofession et les groupements de producteurs. »

 

Eric Bascoul, président de la section ovin lait de la FDSEA

« Nous n’avons pas le choix ! Il faut faire bouger les lignes. Les références telles que nous les connaissons aujourd’hui datent de 1987. Ces nouvelles orientations sont donc inévitables. La communication doit être renforcée. Mais les éleveurs se posent aujourd’hui de nombreuses questions sur ces nouvelles orientations. Nous avons besoin de clarté pour envisager l’avenir et ainsi répondre à notre deuxième problématique, le renouvellement des générations en production de lait de brebis. »

 




Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais