Aller au contenu principal

SYNDICAL
Le député Besson-Moreau est venu défendre la loi Egalim 2

Le parlementaire à l’origine du texte de loi a été invité au conseil d’administration de la FDSEA avant de rencontrer tous les acteurs des filières concernées par la contractualisation.

Parlementaire à l’origine de la loi pour protéger le revenu des agriculteurs, dite loi Egalim 2, le député de l’Aube Grégory Besson-Moreau, était en visite dans le Tarn, ce lundi 14 mars à l’invitation de la députée tarnaise Muriel Roques-Étienne. Le député LREM en a profité pour assister au conseil d’administration de la FDSEA, présidé par Philippe Jougla, afin de répondre à toutes les questions des agriculteurs tarnais sur la question. Ce qui a valu un temps d’échanges riches et intéressants avec les administrateurs du syndicat agricole, en présence de l’autre députée tarnaise, Marie-Christine Verdier-Jouclas, du président de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Huc, et du président des JA du Tarn, Christophe Rieunau.

L’ambition de cette loi Egalim 2 est “d’assurer une rémunération juste aux agriculteurs, en prenant en compte les coûts de production, afin de pouvoir installer des jeunes, a rappelé Grégory Besson-Moreau en préambule. Il fallait dire à ceux qui achètent (les distributeurs, ndlr) que l’agriculture ne doit plus être la variable d’ajustement.” Résultat, “après dix années de déflation observées lors des négociations commerciales, nous sommes à +3% cette année”, se félicite le député à l’origine de cette loi.

Ce texte “va dans le bon sens dans la mesure où il a été fait pour nous aider à vivre, souligne le co-secrétaire général de la FDSEA, Laurent Viguier. Le reproche qu’on peut lui faire est qu’il a été livré sans mode d’emploi, dans un laps de temps très court.” Cela a eu pour effet d’engendrer un peu de défiance de certains agriculteurs, notamment chez les éleveurs, inquiets à l’idée de subir de nouvelles contraintes. “Cette loi était en préparation depuis deux ans mais personne ne pensait la voir aboutir tant elle protège le monde agricole, estime Grégory Besson-Moreau, conscient que le calendrier serré de sa mise en application n’a pas joué en faveur de la pédagogie. Mais continuer comme avant, sans contrat, reviendrait à foncer dans le mur à 100 km/h.” Et d’assurer que la loi a prévu, pour tous les acteurs de la filière, les moyens de protection afin de faire passer l’augmentation des prix.

Ne ratons pas ce moment historique offert par la loi, a conclu le président de la FDSEA, Philippe Jougla. Assumons le fait que l’alimentation ne doit pas être bradée, et de dire que le coût consacré à l’alimentation par les ménages n’est pas assez élevé.” 


Filières et contractualisation

Tous les acteurs des filières concernées par la contractualisation se sont retrouvés à la Maison des agriculteurs, lundi après-midi, pour dialoguer avec le député Grégory Besson-Moreau. Cette réunion de travail, en présence des élus FDSEA et JA, des représentants des OPA, OP, des négociants et des distributeurs, a permis à chacun de s’exprimer et de mieux cerner les enjeux de cette loi.

Le Tarn pense à l’Ukraine

La première partie du conseil d’administration de la FDSEA, lundi 14 mars, a été consacrée aux incidences agricoles de la guerre en Ukraine. Le conflit a déjà résonné fortement sur les cours des céréales et de l’énergie et les sanctions économiques infligées à la Russie ne seront pas indolores pour certaines filières françaises. Mais quelles seront les conséquences à plus long terme sur les prochaines récoltes ? Sur l’approvisionnement des pays non producteurs ? Des questions qui restent pour l’instant sans réponse. “Le monde agricole est prêt à produire plus pour peu qu’on lui en donne les moyens”, a fait savoir le conseil d’administration de la FDSEA. Et parce que ce conflit bouleverse avant tout des vies humaines, le cultivateur gaillacois et administrateur FDSEA Damien Delsuc, a été invité à témoigner de sa situation personnelle et de l’accueil de sa belle-famille ukrainienne. Les particuliers et les associations qui souhaitent proposer un logement pour accueillir des ressortissants ukrainiens peuvent contacter leur commune ou la préfecture à l’adresse pref-ukraine@ tarn.gouv.fr.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le projet de méthanisation agricole progresse
Un collectif de 30 éleveurs du Ségala ambitionne une agriculture saine et durable. Le projet a déjà évolué plusieurs fois pour…
Bio : les arrêts de certification augmentent de 42% sur un an (Agence bio)

Au 31 août, les arrêts de certifications bio montrent une hausse de 42% sur un an, et les conversions ralentissement de 37%,…

Les agriculteurs inquiets pour l’avenir de leur ferme
Les présidents des sections font état de conditions économiques contraignantes. Les exploitations n’arrivent pas à compenser les…
Une belle réussite cette année pour Innov'Agri
Pour sa 9ème édition à Ondes, Innov’Agri continue de progresser d’une année sur l’autre. Une diversité présentée sur 80 hectares…
La ferme de Frédéric Joucla, un exemple de changement
Frédéric Joucla a présenté le 22 septembre, dans le cadre d’innov’action, son système de pâturage tournant dynamique et de…
Fiers d'inaugurer les casiers connectés tarnais !
Du beau monde était présent lors de l’inauguration de la Ferme Tarnaise vendredi dernier à Albi.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais