Aller au contenu principal

Froid
Le gel frappe le Tarn : quelles conséquences ?

Entre - 4 et - 5°C sur les côteaux du vignoble du Gaillac, les plaines de Tarn et de l’Agout, l’épisode de gel qui a sévi n’est pas sans conséquence sur des viticulteurs et arboriculteurs inquiets…

Après cette longue fin de semaine givrée d’avril, pour les professionnels des cultures fruitières et viticoles, l’inquiétude est palpable ! Avec un temps changeant radicalement autour de températures hivernales après plusieurs jours de douceur printanière fin mars, le risque sur les floraisons était majeur. Avec un thermomètre affichant jusqu’à - 6°C, et une gelée noire sévissant dans la nuit de samedi à dimanche, les vignerons pouvaient se faire du mauvais sang. «Nous avons passé trois jours intenses» avoue François Fabre, le président de la section viticole de la FDSEA installé à Vieux sur les côteaux de la Grésigne. «Avec une saison hivernale plus froide, les vignes étant moins avancées, bon nombre de vignerons avaient retardé leur taille de fin d’hiver. Bien leur a pris» souligne-t-il. Reste que certains cépages comme les Gamay (pour le Rouge), les Chardonnay ou les Loin de l’œil (pour les Blancs) ont été plus impactés car plus précoces ! Comme sur les contreforts de Cunac plus touchés où les températures sont descendues jusqu’à - 6°C dans le vignoble de Sébastien Féral. «Même si visuellement les dégâts ne sont pas nécessairement perceptibles, nous nous pourrons connaître les conséquences exactes de ces grands froids que d’ici quelques semaines lorsque les vignes seront plus avancées» précise le vigneron qui se veut prudent pour estimer les préjudices, espérant «que de nouvelles journées gélives toujours possibles en avril et mai, ne surviennent pas en ce printemps». Comme à Cunac d’autres territoires ont été localement concernés par ces trois jours gélifs notamment en vallée du Tarn et bord d’Agout entre Montans, Brens et Giroussens où - 3°C voire - 4°C ont été relevés.

Chez les arboriculteurs, un bilan plus amer…

Les trois journées gélives ont été plus longues et dures pour les arboriculteurs. «Les fruits à noyaux comme les cerises, les pêches, les nectarines ou les prunes ont été gelés à 90 voire 100%. En pleine floraison, les poires ont également subi les affres du gel. Les boutons ouverts des pommiers où la floraison est plus étalée avec une deuxième fleur n’ont pas résisté à ces nuits de froid intense» constate, désabusé, Thierry Garrigues des Vergers du Bosquet à Senouillac et président de la section arboriculture de la FDSEA. Ici, le département dans son ensemble a été touché. «La gelée noire dans la nuit de samedi à dimanche a été fatale» poursuit-il. Les variétés précoces ont subi d’importants dommages ! Pour les autres variétés, plus de la moitié devrait être affectée par l’épisode de gel. Pour les professionnels «protégés» par des systèmes d’irrigation par aspersion, les dégâts sont plus aléatoires. Comme aux vergers de Montdragon où après les fortes gelées de 2017, Hélène et Jules Biscond s’étaient résolus à investir dans ces mécanismes de protection de leur 14 et 15 ha d’exploitation. Grâce à des outils d’irrigation techniques performants et de sondes relevant des températures négatives, les parcelles sont aspergées d’eau permettant de former un glaçon autour des bourgeons des arbres fruitiers afin de les protéger du gel. «En passant de liquide à l’état solide de glaçon, l’eau maintient la température à 0°C. à l’inverse en passant de l’état solide à liquide, le glaçon crée du froid. Le risque est qu’en dégelant, celui-ci abîme les bourgeons. Pour l’éviter, il faut que la température extérieure remonte entre 4 et 5°C» explique Hélène Biscond. «D’où l’arrosage observé sur nos vergers jusqu’en milieu de matinée, notamment dimanche après une très longue nuit de gel» rassure-t-elle. «Faire de l’agriculture sans protection est impensable ! L’aide à l’investissement de l’État est en ce sens bienvenu, car s’équiper a un coût» poursuit l’exploitante qui souligne l’importance de «l’accès à l’eau» qui pour ses vergers est facilité par le Dadou qui les longe et plusieurs retenues collinaires. Ainsi contrairement à d’autres arboriculteurs dont elle se veut solidaire, Hélène Biscond a plus que limité les dégâts sur l’exploitation dont la bonne majorité a été protégée malgré ses deux années consécutives d’épisodes gélifs. Un soulagement ! D’autant que ses vignes de raisin de table, ses légumes et fruits cultivés en extérieurs ont eux aussi été épargnés par des voiles de protection et un chauffage. Ces fraises pourront être dégustées d’ici la mi-mai. Hélas pour d’autres ces gelées auront une toute autre saveur !

Le Département annonce une aide de 250 000 €

Pour aider les professionnels, acteurs majeurs de l’agriculture tarnaise, durement touchés par cet épisode de gel printanier pour la deuxième année consécutive et, leur permettre de faire face à cette nouvelle calamité, réactif, le Département apporte son soutien financier en débloquant, en urgence, une enveloppe exceptionnelle. «L’agriculture et nos agriculteurs sont essentiels à notre département. Le maintien des filières du Tarn est un enjeu collectif qui mérite toute notre attention» rappelle le président du Conseil départemental, Christophe Ramond.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Rendez-vous les 6 et 7 avril à Réalmont !

La célèbre foire d'avril ouvrira ses portes le 6 avril pour 2 jours de convivialité autour de l’agriculture. 

À l'agglo Gaillac-Graulhet, "on marche aussi sur la tête"

TFNB, accès à l’eau, aménagement des routes, les agriculteurs tarnais ne sont pas satisfaits de la politique agricole sur le…

Matthias Bascoul : agriculteur dans l'âme !

Depuis sa plus tendre enfance, Matthias se projette dans l’exploitation familiale. Après des études en biologie, il renoue…

Foire de Réalmont : "C'est l'esprit de groupe qu'il faut considérer !"

La Foire de Réalmont, ça commence ce samedi. Mais pour les Réalités Réalmontaises, cela fait bien plus de 6 mois qu’elle est…

La dure poussée du Paulownia dans le Tarn

Le Paulownia a un potentiel de croissance époustouflant dans les conditions idéales mais que penser de lui dans les conditions…

Réalmont : les éleveurs tarnais récompensés

Découvrez tous les résultats aux concours départementaux Blonde d'Aquitaine, Limousine et Prim'Holstein

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais