Aller au contenu principal

Le GFA de Pierpont installe une chaudière biomasse pour faire des économies

Le GFA de Pierpont à Castelnau de Montmiral vient d'installer une chaudière "plaquettes bois" pour diminuer ses coûts de chauffage des bâtiments de démarrage.

La cellule permet de stocker 90 m3 de plaquettes de bois.
La cellule permet de stocker 90 m3 de plaquettes de bois.
© Le Paysan Tarnais

Le GFA de Pierpont, spécialisé dans le démarrage de volailles à Castelnau de Montmiral, a décidé de réagir face à la flambée du prix des énergies fossiles. L'entreprise est en effet dépendante du prix du gaz propane, qui permet de chauffer les bâtiments de démarrage. Un chauffage dont ne peuvent pas se passer les poulets, dindons, pintades, canetons... Deux sites distants d'une centaine de mètres profitent depuis fin août d'un mode de chauffage bien plus économique que le gaz : les plaquettes de bois. Le choix du GFA de Pierpont s'est rapidement orienté vers une chaudière à biomasse et ceci tout en bénéficiant des filières locales d'approvisionnement. La chaudière est d'ores et déjà en fonctionnement. A terme, sa puissance de 300 kW alimentera les besoins des 4800 m2 de bâtiment répartis sur deux sites qui fonctionnent en productions alternées. "Les volailles ont besoin des rayonnements du système propane au départ. Le système d'air chaud pulsé produit par la chaudière à biomasse viendra en complément, puis une fois cette période sensible passée, prendra le relais en totalité " explique Nicolas Bonnafous, le responsable du suivi technique et le commercial de l'entreprise.

Le système
L'approvisionnement de la chaudière à chargement automatique en bois déchiqueté se fait grâce à une cellule de 90m3. L'eau chauffée est distribuée dans les bâtiments à une température de 85 °C. Le circuit alimente des générateurs d'air chaud (aérotherme) de 33 et 55kW (un par salle chauffée). L'eau retourne vers la chaudière à une température de 75 °C, soit une perte assez faible qui permet de réaliser des économies.
Grâce à ce système, le GFA de Pierpont espère diviser par trois sa facture énergétique. " Nous avons calculé un retour sur investissement entre 10 et 12 ans. Nous économisons sur les matières premières, grâce aux filières forestières locales et nous limitons également les coûts de transport" ajoute Nicolas Bonnafous
D'autres projets sont à l'étude pour diminuer encore la consommation d'énergie de l'entreprise.
Demain le GFA De Pierpont souhaite pouvoir concilier sa production avicole avec les nouvelles technologies respectueuses de l'environnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les éleveurs tarnais en concours ce week-end à Saint-Gaudens
Au National limousin à Limoges où sur le ring des Pyrénéennes à Saint-Gaudens, la qualité des élevages tarnais sera bien…
La nouvelle carte de la zone vulnérable est sortie
Tout le nord et la moitié est du département sont désormais classés dans la nouvelle cartographie de la zone vulnérable…
Deux Tarnais en finale nationale de labours

Grâce à leurs belles prestations sur les terres du Gers lors de la finale régionale de labours, les Tarnais Romain Enjalran (…

Porc : une visite imminente d'inspecteurs chinois redoutée par les abattoirs français

Alors que l'Empire du milieu ralentit ses importations de viandes de porc pour tenter de stabiliser son marché intérieur, des…

Septembre sera placé sous le signe du don agricole
Les Journées nationales du don agricole organisées en Occitanie et dans toute la France en septembre.
Les JA régalent encore pour un soir à la ferme
La dernière soirée de la saison aura lieu ce samedi 4 septembre à Lempaut.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais