Aller au contenu principal

Calamités
Le préfet à la rencontre des arboriculteurs

Jeudi dernier aux Vergers de Penne, le représentant de l’État, François-Xavier Lauch, a pleinement mesuré les conséquences des épisodes de gel du 1er au 4 avril dernier.

Déjà durement frappés au printemps 2021 par d’intenses épisodes de gel, les arboriculteurs n’avaient certainement pas besoin des journées gélives qui ont saisi le Tarn en ce printemps ! Avec un temps changeant radicalement autour de températures hivernales après plusieurs jours de douceur printanière fin mars, et des arbres fruitiers en plein débourrement, les professionnels arboricoles pouvaient se faire du mauvais sang. Cerisiers, pruniers, pêchers et autres brugnoniers ont été les premières victimes de ces quatre jours de gel. Ainsi, aux vergers de Penne,  les pruniers n’ont pas résisté aux -5,5°C relevés au plus fort de ces gelées. «Sur nos vergers non protégés, 98 % de leur production ont été perdus» lance amer Patrice Raujol de l’exploitation pennolle de 60 ha en bord d’Aveyron, reprise par son fils Thomas et sa compagne Céline. “Avec un bouton sur deux déjà ouvert, mes pommiers n’ont pas résisté à ces longues nuits successives gelées et, notamment de la «gelée noire» du samedi au dimanche“ constate l’arboriculteur en bio et «zéro résidu».  Dans ce contexte, la venue du préfet du Tarn, François-Xavier Lauch, en présence  de la députée Marie-Christine Verdier-Jouclas et du président de la Chambre d’agriculture du Tarn, Jean-Claude Huc, a été un gage de reconnaissance pour la profession sinistrée. Surtout, c’était l’occasion d’évoquer les différentes problématiques rencontrées par les arboriculteurs et de découvrir les solutions techniques mises en œuvre pour lutter contre le gel. L’aspersion en particulier a permis de protéger l’ensemble des vergers équipés.

L’aspersion, un outil performant contre le gel … mais coûteux !

«Pour les professionnels, il est important de se sentir soutenu et écouté. Cette présence sur le terrain permet tant de saisir pleinement la dynamique territoriale autour de ces professionnels, comme ici entre vallées et côteaux que de voir ce qu’ils font notamment en termes d’investissements et d’intrants», rappelle Jean-Claude Huc, le président de la Chambre d’agriculture. De fait, l’agriculture et l’agroalimentaire emploient près de 80 personnes sur le Pennol.  Et, justement les solutions techniques face au gel d’être avancées. «Les systèmes d’irrigation par aspersion sont les outils les plus efficaces et performants contre le gel» reconnaît Patrice Raujol. Mais «ils ont un coût financier important de quelque 15 000 €/ha», pointe-t-il. Avec une vingtaine d’hectares ainsi protégés sur ses parcelles réparties entre Tarn et Tarn-et-Garonne, le montant de l’investissement est conséquent. Et ceci, sans compter l’eau et son accès, vitaux dans ce mécanisme de protection visant précisément à asperger d’eau les parcelles pour former autour des bourgeons des arbres fruitiers un glaçon les protégeant du gel en maintenant la température à 0°C. «Ici, en bord d’Aveyron, nous disposons suffisamment d’eau pour alimenter nos asperseurs mais, ailleurs, il est impératif d’avoir des réserves d’eau car l’aspersion consomme énormément sur une période relativement courte de gel», explique Patrice Raujol. Et, les nécessaires autorisations administratives préalables ajoutent une contrainte supplémentaire pour les arboriculteurs voulant s’équiper. «Entre la décision d’avoir recours à l’aspersion et son installation, le chemin est long» enchaîne Hélène Biscond des vergers de Montdragon. Venue avec Thierry Garrigues, des vergers du Bosquet à Senouillac et, président de la section arboriculture de la FDSEA, elle portait les revendications de la profession. Lancée en juin de l’année dernière au lendemain des terribles gelées du printemps, un énième «coup dur» pour la productrice, son installation d’aspersion n’a été opérationnelle qu’une quinzaine de jours avant  l’épisode de gel. Devant l’ampleur des dégâts sur ces parcelles non protégées, un soulagement pour l’arboricultrice en «zéro résidu» qui a mis la main à la poche !

La trésorerie nerf de la guerre

Dans ce combat contre le gel, «la trésorerie est primordiale» soulignent unanimement les professionnels. Bien plus, «elle est nécessaire ne serait-ce que pour fonctionner au quotidien» martèlent-ils à un préfet compatissant, les assurant de la parfaite solidarité de l’État. En ce sens, de leur indiquer qu’une enveloppe de 20 millions d’euros dont 10 millions pour les Régions (2,5 millions pour la seule Occitanie) a été d’ores et déjà débloquée en fonds d’urgence. «Il s’agit d’une aide de trésorerie exceptionnelle, de nature forfaitaire plafonnée à 5 000 euros avec des possibilités de modulations supplémentaires prévues au cas par cas pour les jeunes arboriculteurs et les exploitants agricoles déjà sinistrés à plus de 70% lors des épisodes de gel de 2021» précise François-Xavier Lauch. Et, le préfet leur rappelait  les autres aides de l’État comme le fonds de calamités agricoles, le dégrèvement de taxe foncière sur les propriétés non bâties, les prises en charge des cotisations sociales auprès de la MSA ou le prêt garanti par l’État (PGE) auprès des banques et des assurances. «Il faut rompre avec l’isolement de professionnels n’osant pas se tourner vers l’État et ses services auxquels, comme en 2021, une attention et une réactivité ont été demandées» ajoute François-Xavier Lauch. «En 2021, L’administration a été efficace et à notre écoute» reconnaissent volontiers les arboriculteurs et le président d’une Chambre d’agriculture également mobilisée. Face à ces aléas climatiques sévères, gageons que ces nouvelles mesures portent leurs fruits !

Pour plus d’aide

Pour aider les professionnels dans leurs démarches, la Direction départementale des Territoires (DDT) a mis en place un accueil téléphonique au 05 81 27 50 01 et physique  les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9h à 11h30. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le projet de méthanisation agricole progresse
Un collectif de 30 éleveurs du Ségala ambitionne une agriculture saine et durable. Le projet a déjà évolué plusieurs fois pour…
Bio : les arrêts de certification augmentent de 42% sur un an (Agence bio)

Au 31 août, les arrêts de certifications bio montrent une hausse de 42% sur un an, et les conversions ralentissement de 37%,…

Les agriculteurs inquiets pour l’avenir de leur ferme
Les présidents des sections font état de conditions économiques contraignantes. Les exploitations n’arrivent pas à compenser les…
Une belle réussite cette année pour Innov'Agri
Pour sa 9ème édition à Ondes, Innov’Agri continue de progresser d’une année sur l’autre. Une diversité présentée sur 80 hectares…
Les organisations professionnelles agricoles tarnaises mobilisées
Le CAF 81 s’est réuni le 13 septembre pour faire le point.
Augmentation de la remise sur les carburants
Une prolongation accompagnée d’une évolution de la remise sur l’achat de GNR pour les agriculteurs. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais