Aller au contenu principal

Foncier
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie

L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se tourne désormais davantage vers les terres irriguées.

© Le Paysan Tarnais

Si la Covid-19 donne un sérieux coup de frein à bien des activités, force est de constater qu’elle est plutôt bénéfique à l’activité foncière. C’est en tout cas ce qui ressort de la conférence de presse sur le prix des terres de la Safer Occitanie, organisée en visioconférence, jeudi 10 juin.
“Le premier semestre 2020 a été très perturbé par le confinement avec une baisse d’activité de l’ordre de 20%, constate le président de la Safer Occitanie récemment réélu, Dominique Granier (lire notre édition du 3 juin). Mais cet effet a été vite absorbé par la dynamique du marché et nous avons opéré un rattrapage spectaculaire de l’activité au second semestre. Cette tendance se poursuit, et s’accroît même en 2021.”
Comme au niveau national, le nombre de transactions et les surfaces engagées en Occitanie sont en léger retrait (-3,33% des transactions en Occitanie, contre -3% en France par rapport à 2019). Mais le montant des transactions, lui, pointe clairement vers le haut (+4,39% en Occitanie, contre +5% en France, par rapport à 2019).

Le Tarn plébiscité

“Avec la Covid, les citadins quittent les villes pour s’installer à la campagne, souligne Christian Roussel, directeur opérationnel de la Safer Occitanie. C’est un effet que nous continuons de constater en 2021.” Le Tarn est un secteur particulièrement plébiscité, tout comme les zones à proximité immédiate des métropoles toulousaine et montpelliéraine, l’Ariège ou encore le Lot. “Les gens ont compris qu’ils sont mieux confinés à la campagne plutôt que dans une tour de la Défense, image Dominique Granier. La Safer, ce n’est pas que de l’agricole, c’est du territoire. Nous sommes dans une région attractive qui accueille 40 000 nouvelles personnes chaque année. Nous devons trouver l’équilibre entre l’installation des agriculteurs et l’accueil des personnes et des entreprises qui font vivre nos territoires. Notre mission est de garder la terre nourricière et du foncier pour accueillir les entreprises et les habitants de demain.”
La moitié de l’activité de la Safer repose néanmoins sur le marché agricole : terres et prés, ainsi que les vignes(*). “La demande est plus soutenue vers des terres irrigables et à fort potentiel agronomique, observe Christian Roussel. Les écarts se creusent entre ces terrains et les autres parcelles plus pentues à potentiel agronomique limité.” Dans le secteur du Lauragais, où le niveau de prix des terres nues avait atteint jusqu’à 14 000 €/ha, un effet de tassement est constaté. “Dans le triangle Carcassonne-Albi-Toulouse on observe des prix plus raisonnables qui se rapprochent de 10 à 12 000 €/ha, c’est une baisse notoire à signaler”, indique Christian Roussel. Cela reste les terres céréalières les plus chères de la région.
Dominique Granier prophétise : “La prochaine pandémie c’est l’absence d’eau ! Le changement climatique fait qu’on ne peut plus produire comme avant. Quand je me suis installé en tant que viticulteur, aucune vigne n’était irriguée. Aujourd’hui, on ne peut plus rien faire d’une terre sans eau. Même la lavande et le thym ne poussent plus sans eau dans le Gard !” 

Bon à savoir
• La Safer Occitanie a décidé de mettre en place une rallonge de 1 000 € à son fonds d’aide à l’installation pour tout jeune agriculteur qui souscrit une assurance récolte.
• Un nouveau site internet www.le-prix-des-terres.fr permet de connaître le prix moyens des terres et prés, vignes, forêts et maison à la campagne dans toute la France.

La Safer Occitanie en 2020, c’est :
• 213 millions d’euros de chiffre d’affaires
• 19 172  ha rétrocédés, dont 6 833 en installation (pour 454 agris)
• 2 125 transactions
• 171  collaborateurs
• 13  départements

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Le potentiel des métiers agricoles présenté aux jeunes tarnais
Près de 500 jeunes et demandeurs d’emploi ont participé à la journée “Les Métiers sont dans les champs”, le 14 octobre à la Cuma…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Tournesol : une moisson 2021 satisfaisante
L’année exceptionnellement favorable, pour la plante, a porté ses fruits côté rendement.
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais