Aller au contenu principal

Energies
Le secteur de Graulhet se mobilise autour d’un projet collectif de méthanisation

Les énergies renouvelables sont de plus en plus présentes dans le monde agricole. Le Paysan Tarnais s’est penché sur la production de ces énergies autour de la méthanisation, le photovoltaïque et le bois dans le dossier de cette semaine. Retrouvez un extrait de ce dossier : Trois questions à Jean-Pierre Dilé sur le projet collectif de méthanisation sur le secteur de Graulhet.

Jean-Pierre Dilé, éleveur à Graulhet
Jean-Pierre Dilé, éleveur à Graulhet
© Le Paysan Tarnais

En tant que porteur de projet, vous avez participé à la table ronde du mardi 20 novembre à Técou sur la méthanisation. Pouvez-vous nous présenter ce projet ?

J.-P. Dilé : L’idée est partie de la communauté de communes Tarn et Dadou. Ils ont lancé sur le territoire une étude de gisement. En parallèle, la chambre d’agriculture se penchait également sur toutes les questions d’énergie. Le comité de développement du Gaillacois s’intéressait aussi aux nouveaux débouchés possibles pour les agriculteurs du secteur. Toutes ces démarches se sont rejointes et des réunions d’information sur la méthanisation ont été organisées sur le secteur. Autour de Graulhet, nous sommes un noyau d’une petite dizaine d’éleveurs à poursuivre cette réflexion. Nous souhaitons créer une unité collective de méthanisation. Bovins viande, bovins lait, ovins viande, ovins lait… toutes les grandes productions sont représentées dans ce groupe. Le volume d’effluents a été estimé à 18/20 000 tonnes. Cette unité de méthanisation pourrait couvrir les besoins en énergie de 150 à 180 familles.

 

Comment comptez-vous valoriser l'énergie produite par cette unité collective de méthanisation ?

J.-P. Dilé : Pour l’instant, nous démarrons tout juste le projet. Nous étudions plein de pistes. Si nous partons sur la production d’électricité, il faudra valoriser la chaleur produite. Pour cela, les idées ne manquent pas. Toutes à des échelles très différentes. On peut envisager de sécher des plaquettes forestières, des céréales, de la luzerne et des fourrages. La chaleur pourrait aussi servir à des serristes ou à d’autres entreprises du secteur. On pourrait aussi envisager de chauffer des logements. Le biogaz peut aussi être épuré et directement réinjecté dans le réseau. La fabrication de carburant à partir du biogaz n’est pas non plus exclue. Rien n’est arrêté, tout reste encore à réfléchir !

 

Quelles sont les prochaines grandes étapes du projet ?

J.-P. Dilé : Nous avons commencé à nous former sur le sujet, notamment sur les enjeux de la méthanisation et les principes de fonctionnement. Nous allons maintenant nous pencher un peu plus en détails sur les modalités pratiques avec une visite d’unité collective. Et puis, nous allons créer une structure de «préfiguration», une association sûrement, qui va nous permettre de commencer les démarches auprès des bureaux d’études, des collectivités, des banques… La chambre d’agriculture nous accompagne dans toutes ces étapes, Tarn et Dadou devrait également soutenir le projet d’une manière ou d’une autre. Ce sont des démarches importantes pour l’agriculture et pour le territoire. Notre objectif est bien de créer de la valeur ajoutée pour nos exploitations mais aussi pour le secteur !

 

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais