Aller au contenu principal

Le Veau du Lauragais repart à l’offensive

Malgré des difficultés à produire suffisamment de veaux blancs pour satisfaire la demande, la coopérative veut renouer avec le terrain pour être plus visible et gagner des marchés.

© Le Paysan Tarnais

Le Veau fermier du Lauragais est de retour sur le terrain et il compte bien le faire savoir. La coopérative a indiqué qu’elle repartait à l’offensive en termes de communication et de prospection commerciale, lors de son assemblée générale, le jeudi 21 mars à la halle aux grains de Puylaurens en présence de Didier Houlès, vice-président du Département en charge du développement agricole, et de Didier Catala, conseiller municipal.

«Les difficultés économiques que nous rencontrons depuis plusieurs années nous ont conduits à chercher des économies partout où cela était possible mais elles ont atteint leurs limites, souligne le président Didier Codecco. Progressivement, la coopérative a abandonné le réseau commercial de terrain. Or aujourd’hui, pour exister et vendre, il faut être sur le terrain, il faut que l’on sache qui est le veau du Lauragais.» La coopérative s’est donc rapproché de la société Acthuel pour renouer avec ses clients et redonner du dynamisme à sa production. Un nouveau site Internet, une page Facebook, et d’autres supports de communication ont ainsi vu le jour.

Des signaux positifs et offensifs qui font du bien dans un contexte toujours délicat. En 2018, le nombre d’éleveurs (85) et de veaux livrés (1 500) est resté stable. Mais l’évolution des modes de consommation et le pouvoir d’achat en tension ne facilitent pas la vie de la coopérative. «Nos commandes sont importantes en début de mois, avec parfois des difficultés à fournir, puis elles sont divisées par deux en fin de mois, occasionnant des difficultés d’écoulement», constate Didier Codecco.

La problématique du label

Pour ce qui est de l’activité du label, «le constat reste toujours le même et devient même alarmant, déplore le président. Seulement 709 veaux labellisables ont été livrés en 2018, soit à peine 46 % du total, ce n’est même plus la moitié !» L’année passée a certes été compliquée d’un point de vue climatique, mais cela n’a pas empêché «pas mal d’éleveurs à améliorer leurs performances. Des solutions existent et la coopérative met des moyens techniques à votre disposition, alors n’attendez-plus», encourage Didier Codecco. Et de mettre en avant les avantages économiques de ce label : «En 2018, les veaux labellisables ont été payés 6,52€/kg quand les autres l’ont été 5,77€/kg, pour le même travail voire moins puisque les premiers avaient un mois de moins. Je ne peux pas faire plus simple comme commentaire…»

Pour assurer cette qualité, la coopérative a mis en place le suivi Hemovet afin de mesurer les taux d’hématocrites des veaux depuis quinze mois. «Le bilan du suivi des veaux chez les éleveurs volontaires montre une nette amélioration de l’homogénéité des carcasses avec des conformations plus régulières et veaux plus jeunes qui entrent dans les clous du label», souligne Didier Codecco. Pour encourager ses adhérents à s’inscrire dans cette démarche de qualité, la coopérative a même diversifié son activité pour s’engager dans la fourniture d’une gamme de produits complémentaires pour les troupeaux en minéraux, oligos, hépato pour agir au plus vite et corriger les éventuelles carences.

Pour autant, la coopérative n’abandonne pas les veaux rosés et rouges, «bien qu’aujourd’hui leur valorisation en veau sous la mère est très compliquée et sans rémunération pour l’éleveur faute de prix», insiste Didier Codecco. La société Acthuel a donc aussi pour objectif d’augmenter la vente de produits transformés en conserves (blanquette, tajine).

«La coopérative ne baisse pas les bras et s’efforce toujours de trouver des solutions pour atteindre le but qui nous anime tous : vivre de notre métier d’éleveur», résume Didier Codecco pour qui le «veau sous la mère reste une rare production de viande en sous réalisation et dont le potentiel de vente existe».

D. MONNERY

 

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Influenza : sept communes se rajoutent à la zone
La situation évolue dans le Tarn. Sept communes rejoignent les zones de protection. Une réunion s’est tenue ce mardi à Albi pour…
Le sénateur Bonnecarrère à l'écoute des revendications des éleveurs laitiers à Puygouzon.
Lait : la FDSEA rencontre les parlementaires
 La FDSEA du Tarn a sollicité les députés et sénateurs du département pour présenter la situation tendue dans les élevages…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais