Aller au contenu principal

Portrait
Léa Oiseau, future miss France Agri' junior ?

La Graulhétoise Léa Oiseau se présente au concours miss France agricole junior 2023 qu’elle espère remporter avec l’aide des internautes qui ont jusqu’au 8 décembre minuit pour voter.

Après une longue semaine d’études et d’internat, Léa Oiseau retrouve avec plaisir le Gaec familial, chemin de la Borie Basse à Graulhet, le vendredi soir. La pétillante jeune femme de 17 ans qui se présente pour la seconde fois -la première elle est arrivée 5e sur 42 participantes- au concours de miss France agricole junior a plusieurs atouts dans la manche : une curiosité immense, un enthousiasme à toute épreuve et une connaissance du terrain. «J’ai toujours vu des vaches et des tracteurs à la maison. Mon grand-père et mon oncle travaillaient dans l’exploitation dans laquelle j’ai grandi» explique-t-elle d’emblée.

L'amour des animaux et de la liberté

Jusqu’à l’âge de 10 ans, Léa aspirait à devenir vétérinaire. «J’ai toujours voulu travailler avec les animaux. Avec l’âge cela m’est passé : d’une part les études sont longues, de l’autre je m’en serais terriblement voulu si je n’avais pas réussi à sauver un animal.» La période covid est décisive. Elle se rend tous les jours à la ferme familiale et découvre à quel point elle y est attachée. «Je me suis interrogée : était-ce faute de ne pouvoir faire autre chose ? Plus les jours avançaient, plus je constatais mon goût pour ce métier, sa diversité. On s’occupe autant d’élevage que de culture, il faut s’y connaître en mécanique, être un peu vétérinaire sur les bords, savoir administrer les médicaments aux animaux, leur faire des piqûres». Elle décide donc de suivre les pas de ses ascendants encouragés par ses parents, sa mère Christelle, formatrice en horticulture et maraîchage et son père Jean-Marie, agent des routes à Montredon-Labessonnié. «Mes parents m’ont toujours soutenue. Quand j’ai annoncé vouloir devenir agricultrice ma mère ne m’a pas découragée, elle m’a simplement recommandé de réfléchir et de m’investir à 100% voire 200% si je décidais de prendre cette voie». Sa sœur Andrea n’empruntera pas le même chemin, elle exerce aujourd’hui le métier d’aide soignante auprès de personnes âgées.

Rugby, théâtre et voyages

Si la détermination de Léa impressionne ses camarades depuis le collège, la vie de la jeune Tarnaise ne se résume pas pour autant aux animaux et aux champs. Son équilibre, elle le trouve dans un savant dosage entre travail, loisirs, sorties avec les amis, sport et temps en famille. Vice-championne de France de rugby au tournoi des lycées agricoles en 2022, elle pratique le théâtre, le chant, la danse et se produira sur scène à Graulhet le 9 décembre. Quant aux voyages, ils participent à son épanouissement. «Je pars bientôt aux Cinq Terres en Italie. Avec mes parents et des amis, nous avons parcouru plusieurs régions de France. Grâce à la visite des châteaux de la Loire, je connais un peu l’histoire du Moyen-Âge ; à Paris, j’ai découvert de nombreux musées ; dans le Pays basque, des chants et danses traditionnelles ainsi que la pelote basque. Nos parents nous ont toujours fait visiter de nombreux endroits, incité à apprendre plein de choses sur des sujets très différents afin de nous encourager à fixer nos objectifs de vie comme nous l’entendons» raconte-t-elle reconnaissante. Être une femme ne constitue certainement pas une limite ni même une question pour Léa Oiseau. Elle en veut pour preuve sa promotion comptant 8 femmes pour 19 étudiants. «Le milieu était certainement plus fermé il y a une dizaine d’années mais les mentalités ont beaucoup évolué. Lorsque nous faisons des travaux pratiques, nous nous entraidons car nombreux sont ceux qui ne viennent pas du monde agricole» affirme-t-elle.

L'aventure Miss France Agri'

En revanche, elle a choisi de s’inscrire au concours pour donner une autre image du monde agricole. «Mon entourage comprend mon métier mais il m’arrive souvent de rencontrer des personnes qui m’accusent de polluer la planète avec mon tracteur. Il faut avoir de la patience : on en demande beaucoup aux agriculteurs et en retour on n’a pas grand chose !» s’indigne-t-elle. Selon elle, la patience constitue une vertu cardinale dans ce métier tout comme la réflexion et l’anticipation. «Un matin lorsque j’étais en stage, mon oncle m’a demandé en rentrant les vaches de faire le tour pour vérifier qu’aucune d’entre elles n’était tombées. C’était le cas, nous avons dû la relever, vérifier si elle tenait sur ses pattes puis disposer une ficelle entre ses pattes afin d’éviter qu’elle ne retombe» explique-t-elle. Anticiper cela équivaut aussi à tout préparer en amont pour semer dès que la météo le permet. L’année dernière, Léa Oiseau s’est inscrite au concours un peu par hasard, un peu par défi, puis petit à petit, elle s’est prêtée au jeu. «Il faut fournir de jolies photos, rédiger un texte sympa, présenter des motivations claires. Cette année, au vu de l’actualité, je retente ma chance. Je veux montrer le monde agricole autrement». 

Rendez-vous sur Facebook jusqu'au 8 décembre pour la soutenir et le 16 décembre pour connaître les résultats.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le Tarn s'affiche en grand au SIA

Le Président du département, Christophe Ramond, et les équipes de Tarn Attractivité ont présenté le Bistrotarn édition 2024…

La résistance agricole s’intensifie dans le Tarn !

Comme un peu partout en Occitanie et en France, la FDSEA et les JA81 ont à leur tour bloqué l’autoroute à Albi, pour faire…

Meunière, le projet d’une vie

Clarisse Valentin démarrera son activité le 1er février. Pourtant, il lui faudra plusieurs mois avant de pouvoir installer son…

L’annonce d’une fusion entre Unicor et Capel

La nouvelle structure qui portera un nouveau nom devrait être officialisée fin mars, après le vote de l'ensemble des adhérents…

Albi : le blocage est levé mais la mobilisation continue

Une semaine de lutte qui s'est terminée par une dernière action en centre-ville et un grand barbecue, mais qui ne signe pas la…

FDO81 : attirer des jeunes, repousser le loup

La question du loup et celle du renouvellement des générations ont donné du fil à retordre à la Fédération départementale…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 96€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais