Aller au contenu principal

L’endive comme source de diversification hivernale

Cette semaine, le Paysan Tarnais consacre son dossier au maraîchage. A la recherche d’une activité pour combler la faible activité hivernale, Philippe Bleys s’est lancé dans la culture de l’endive albigeoise qu’il vend en direct sur les marchés.

© Le Paysan Tarnais

L’endive n’est pas qu’une perle du nord. Elle trouve aussi un terreau fertile sur les terres du grand albigeois depuis que Philippe Bleys a décidé de diversifier sa production avec ce légume d’hiver.

Installé depuis trente ans sur les coteaux de Lescure-d’Albigeois dans la production de plants de légumes sur 4 000 m2 couverts, le maraîcher était à la recherche d’un complément d’activité. L’hiver, malgré la culture de fleurs, était en effet synonyme de faible activité pour lui qui emploie trois salariés et autant de saisonniers. L’idée d’introduire la production d’un légume d’hiver a donc germé tout naturellement.

«Je voulais innover, faire quelque chose qui se démarque. J’ai eu envie de produire de l’ultra-frais et je me suis pris de passion pour l’endive», explique Philippe Bleys. Il y a deux ans il a donc libéré 40 m2 au sein de ses installations pour aménager une chambre de forçage. Il y règne en permanence une ambiance de 15°C pour 80% d’humidité. De novembre à mars, les endives disposées dans des caisses remplies de terreau y poussent durant vingt jours dans le noir le plus complet. «C’est une culture pointue qui demande beaucoup de manutention», souligne le chef d’exploitation.

Coupées devant les clients

Toute la production est vendue au détail, localement. «Je vends essentiellement sur les marchés de plein vent et un peu à la serre. J’amène les caisses directement sur mon étal et je coupe les endives juste sous les yeux des clients à la commande, ça fait son petit effet ! Le 100% fraîcheur est garanti», se régale Philippe Bleys.

Pensée comme un complément d’activité permettant de maintenir les emplois de l’exploitation, l’atelier commence à prendre le relais du pic printanier et tend même à devenir une véritable activité hivernale, indique-t-il. L’endive albigeoise a même tapé dans l’œil de collectivités qui aimeraient bien en mettre sous la dent de leurs administrés accueillis en restauration collective. «Pour l’instant je reste sur de la vente locale au détail, mais si la demande est là, pourquoi pas…», laisse entendre le maraîcher toujours à l’affût de nouveautés.

D. Monnery

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Loup : 2022 ne devra pas ressembler à 2021 !
Les constats de présence ont été multipliés par dix l’an dernier, dans le Sud-Est du département.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais