Aller au contenu principal

L’enrubanné a évincé l’ensilage grâce à la presse balles rondes

Polyculteur-éleveur sur 100 ha à Sorèze depuis 7 ans, Alexandre Cruzel souhaitait changer de presse. L’enjeu était fort pour mettre sur pied une nouvelle stratégie fourragère.

© Le Paysan Tarnais

Après avoir augmenté son troupeau à 60 mères Blondes d'Aquitaine, Alexandre Cruzel a fait le choix de l’autonomie dans ses chantiers de stocks fourragers. C’est ainsi que l’ensilage de maïs a disparu de l’équation. «Il était stocké en silo taupinière et c’était parfois compliqué l’hiver d’aller le charger, sans compter les pertes au stockage.» La récolte en vert était dans la ligne de mire de l’éleveur.

CHANGEMENT DE RATION

L’achat de la Kuhn FB 3130 (chambre fixe) lui a facilité ce changement. «De 250 bottes par an, on est monté à 530 cette année. Sans cette nouvelle presse, on n’aurait pas réussi ce changement. Elle m’a épaté, surtout dans les ray-grass assez verts !» confie l’agriculteur. Il enrubanne aussi des méteils (avoine, vesce, pois, fèverole) qui sont rentrés dans la rotation lors du changement de machine. Semé derrière une céréale à paille, le méteil est récolté avant le maïs grain demi-précoce implanté mi-mai. «Il n’y a aucun problème pour presser et les vaches en raffolent», constate Alexandre Cruzel. Cette année, un moha,associé à un trèfle d’Alexandrie, après une céréale à paille a été semé mi-juillet. L’objectif est de faire une coupe dès l’automne.

HAUTE DENSITÉ ET GROSSE CADENCE

Le changement de presse s’est accompagné d’un gain de place dans les hangars. Plutôt bienvenu car il fallait parfois laisser des bottes de paille dehors. Le réglage du serrage de l’ancienne presse était difficile ; au maximum, les bottes pesaient 200 kg en foin et 140 kg en paille. “Le serrage est bien plus facile à régler sur la Kuhn”, souligne Alexandre Cruzel. Dorénavant, les bottes de 1,30 m contiennent au minimum 50 à 60 kg en plus. Le gain de densité est doublé d’un débit de chantier radicalement amélioré : «Cette année, j’ai fait 1300 bottes sans bourrer.» L’assurance de valoriser les fenêtres météo courtes grâce au débit de la presse a contribué à une fin de la fenaison plus tôt que prévu.

Le gain de vitesse de travail s’explique par le pick-up de 2,30 m contre 1,50 m auparavant. Le liage au filet est un autre point qui a augmenté le débit. «Même si le filet a un coût légèrement supérieur, je ne regrette pas d’avoir fait l’impasse sur l’option liage par ficelle», précise l’éleveur. Les risques d’avaries à cause des cailloux et sa distribution de la ration ne rendaient pas la présence de couteaux pertinente.

Alexandre Cruzel apprécie également le graissage centralisé ainsi que la lubrification automatique des chaînes. Le choix de la presse s’est aussi fait sur la proximité du concessionnaire et du tarif jugé raisonnable. Pour sa première campagne, cette «acquisition logique au vu des besoins» a vraiment emballé l’agriculteur.

F. Roussel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Le potentiel des métiers agricoles présenté aux jeunes tarnais
Près de 500 jeunes et demandeurs d’emploi ont participé à la journée “Les Métiers sont dans les champs”, le 14 octobre à la Cuma…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Tournesol : une moisson 2021 satisfaisante
L’année exceptionnellement favorable, pour la plante, a porté ses fruits côté rendement.
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais