Aller au contenu principal

Syndical
Les charges flambent, les agriculteurs s'embrasent

Les agriculteurs tarnais se sont mobilisés en nombre pour allumer des feux de la détresse dans les campagnes tarnaises à l’appel de la FDSEA et des JA, jeudi 25 novembre en soirée.

Neuf brasiers ont éclairé la nuit tarnaise, ce jeudi 25 novembre, comme autant de phares alertant du danger par temps de grosse mer. C’est pourtant bien sur terre que le péril imminent menace les exploitations agricoles exposées autant à la houleuse hausse des charges qu’à la tempétueuse guerre des prix. Ces balises de détresse adressées aux pouvoirs publics, à l’appel de la FDSEA et des JA du Tarn, envoyaient également des signaux symboliques aux consommateurs, en cette veille de Black Friday. “Le consommateur doit savoir que derrière les promos, ce sont toujours les producteurs qui trinquent”, rappelle Philippe Jougla, président de la FDSEA du Tarn. “On veut aussi faire passer le message du mieux consommer”, abonde Christophe Rieunau, président des JA du Tarn.

Les factures chauffent
“J’ai fait la comparaison avec mes factures de l’an dernier : le prix de l’amonitrate été multiplié par trois et celui du GNR a augmenté de plus de 50% !” Gabin Assié, 29 ans, producteur de canards et grandes cultures, installé depuis 2017 en hors cadre familial, à Rosières.

“Pris dans un étau”

À Albi, Castres, Gaillac, Lavaur, Valdériès, Dourgne, Puylaurens, Réalmont et Lacaune, près de 200 agriculteurs selon le comptage officiel des renseignements généraux ont passé la soirée à occuper des ronds-points ou des parcelles en bord de route pour exposer leurs difficultés conjoncturelles. “Nous sommes pris dans un étau entre les charges qui augmentent d’un côté et la flambée des coûts des matières premières de l’autre”, déplore François Verdier, secrétaire général des JA du Tarn.  Cette situation est rendue encore plus précaire du fait de la “stagnation voire de la baisse des prix de nos produits”, fustige l’éleveur bovin viande. “La production d’un veau sous la mère nous revient à 7€/kg, or on nous l’achète actuellement à 5,70€/kg en label et à 4,50€/kg en conventionnel… Comment voulez-vous qu’on s’en sorte ?”, se désole-t-il.
La loi dite Egalim2, qui doit permettre la construction des prix à partir des coûts de production, permettra-t-elle enfin d’en finir avec cette aberration ? “Le premier écho de notre mobilisation doit se trouver dans les négociations commerciales qui s’ouvrent avec la grande distribution”, prévient Philippe Jougla. Un rendez-vous à ne pas manquer, insiste Christophe Rieunau : “Nous avons allumé des feux pour montrer que nous sommes inquiets mais il reste toujours un paquet de braises qui peuvent s’enflammer à tout moment !”

Le soutien des élus locaux

Les agriculteurs mobilisés jeudi soir ont reçu la visite d’élus locaux venus les rencontrer autour des feux allumés. C’est le cas notamment du président du Département, Christophe Ramond, accompagné de la vice-présidente en charge de l’agriculture, Marie-Line Lherm, et du conseiller départemental Jean-Charles Balardy, qui est venu témoigner le soutien du conseil départemental au rond point d’Albi-Le Séquestre. La députée Marie-Christine Verdier-Jouclas est également allée à la rencontre des agriculteurs mobilisés à Gaillac. Autant de soutiens appréciés par les manifestants.

“Quand le prix du blé augmente de 10%, le prix de la baguette n’a pas besoin d’augmenter autant car il n’y a pas que du blé dans une baguette. Il est important de faire savoir que le besoin supplémentaire pour couvrir les charges des agriculteurs est marginal dans le prix final si tout le monde joue le jeu.” Philippe JOUGLA, président de la FDSEA du Tarn

Une délégation reçue à la DDT

© Le Paysan Tarnais
En marge des actions sur le terrain, des représentants syndicaux de la FDSEA et des JA ont été reçus longuement  par le directeur départemental du Tarn et le directeur de cabinet de la préfète pour exposer les revendications de la profession. Des doléances de revenu agricole complétées par une longue parenthèse sur la cartographie départementale des cours d’eau contestée par FNE.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Modèle 6150 de chez Case IH : Confort et efficacité
Agriculteur à Rabastens, Emmanuel Todeschi moissonne 740 ha dont 200 ha sur l’exploitation. Lors des périodes de moissons, il…
Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
A69 : le territoire se prépare à l’arrivée de l’autoroute
Le comité de développement territorial a pour objectif de fédérer tous les acteurs concernés par la construction de l’A69.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais