Aller au contenu principal

Les irrigants tarnais mobilisés face à la nouvelle gestion des autorisations de prélèvements

La réunion sur la gestion quantitative de l’eau du 19 février dernier a attiré 200 irrigants. Les baisses annoncées d’autorisation de pompage et les quotas d’eau inquiètent la profession.

Plus de 200 irrigants se sont retrouvés à la chambre d'agriculture à Albi, vendredi 19 février.
Plus de 200 irrigants se sont retrouvés à la chambre d'agriculture à Albi, vendredi 19 février.
© Le Paysan Tarnais

Ce vendredi 19 février, plus de 200 irrigants se sont retrouvés à la chambre d'agriculture d'Albi, répondant ainsi à l'appel lancé par son président, Alain Bou, afin de faire le point sur les nouvelles mesures de gestion des autorisations de prélèvements d'irrigation prévues par la Loi sur l'eau de décembre 2006.

En effet, dès l'année prochaine, les autorisations de prélèvements délivrées par la Préfecture deviendront caduques. Un organisme unique aura la charge de répartir une autorisation globale de prélèvement entre tous les irrigants d'un secteur donné. La chambre d'agriculture du Tarn a déposé sa candidature pour assurer ces missions sur l'ensemble du département en accord avec le Conseil Général représenté par André Cabot.

La mise en place de ces quotas d'eau et les réductions globales des autorisations de prélèvements dès la campagne d'irrigation de 2011 (de - 20 à -70 % sur la grande majorité des secteurs) ont suscité, dès leur annonce, de vives critiques de la part des professionnels agricoles. Pierre Vincens, responsable des dossiers eau à la chambre d'agriculture, dénonce « une gestion de l'eau déconnectée de la réalité qui ne se baserait plus sur les débits réels de nos rivières mais sur des volumes d'eau ainsi qu'un mode de calcul des volumes prélevables beaucoup trop rigide qui ne permettra pas, entre autres, de basculer des volumes non utilisés aux irrigants qui en auraient besoin durant la campagne ! »

Dans un autre domaine, la profession est unanime lorsqu'il s'agit de mettre en avant la création de réserves en eau pour pallier aux baisses annoncées des autorisations. En effet, en considérant que seulement 2% de l'eau disponible dans les cours d'eau est prélevé par l'agriculture et que le réchauffement climatique dans le sud-ouest aurait de fâcheuses conséquences sur les productions agricoles, il semble impensable que l'État restreigne l'agriculture en eau alors qu'une solution simple consisterait à stocker une partie des surplus d'eau hivernale dans l'optique de les réutiliser l'été ! Mais pour cela, il faudrait que les nombreux freins environnementaux, parfois non justifiés, soient levés et que l'État reprenne ses responsabilités en étant, de nouveau, beaucoup plus volontariste dans ce domaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais