Aller au contenu principal

Chasse
Les relations entre les chasseurs et la profession agricole sont de plus en plus étroites

L’assemblée générale de la fédération des chasseurs du Tarn a été l'occasion de faire un point sur le projet «Biodiversité en milieu agricole sur le Lautrecois - Castrais».

© Le Paysan Tarnais

 

La saison cynégétique 2011-2012 aura tout d’abord été marqué un fait d’importance pour les chasseurs tarnais : un changement de présidence. René Avizou a succédé à Michel Nègre début 2012. Le nouveau président explique toutefois que «ce changement de personne à la tête de la fédération ne modifie en rien la politique menée depuis toutes ces années. Nous œuvrerons dans la continuité des actions impulsées par Michel Nègre avec l’ensemble du conseil d’administration.»

Comme le rappelle René Avizou, les relations entre les chasseurs et la profession agricole sont de plus en plus étroites. « Les partenariats se multiplient. Nous sommes aussi des personnes de terrain mais nos missions sont complémentaires. En cela, nous nous retrouvons sur beaucoup de sujets. Pas uniquement les dégâts de gibier.» La fédération des chasseurs du Tarn, la MFR de Peyregoux et la chambre d’agriculture ont lancé le projet «Biodiversité en milieu agricole sur le Lautrecois-Castrais» pour une période de 3 ans (2011-2013).

Il a pour objectif de promouvoir les aménagements agricoles favorables à la biodiversité à travers plusieurs enjeux :

- apporter une aide aux agriculteurs pour intégrer la biodiversité dans le système cultural ;

- concilier les approches agricoles écologiques et cynégétiques ;

- participer au développement rural local dans le cadre d’un projet territorial.

Cinq agriculteurs ont engagé leur exploitation dans la démarche.

Les actions réalisées après une phase de diagnostic sont de différents ordres : implantation et entretien de haies en collaboration avec l’association Arbres et Paysages, essais de 13 mélanges de bandes tampons ou bandes enherbées qui permettent en plus d’améliorer la qualité de l’eau et de limiter l’érosion, de favoriser la biodiversité tout en limitant les dégâts éventuels sur les cultures. Enfin des expérimentations de couverts d’inter-culture à base de variétés intéressantes pour la faune sauvage sont mises en place (phacélie, avoine diploïde, navette ou radis chinois…).



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

La famille Gayraud tourne la page de sa vie de concessionnaire
Après plus d’un demi-siècle passé à vendre des engins agricoles, la famille Gayraud se recentre sur ses magasins Espace Émeraude…
Un capteur connecté en test avec Caste Aliment
L’entreprise de Mirandol mène un projet pilote avec l’entreprise Nanolike chez un éleveur de poules pondeuses à Villemur-sur-Tarn…
La filière œufs recherche des éleveurs de poulettes
Virginie Rouillon, chef du marché Volailles chez Caste explique l’intérêt de cet atelier.
Opération séduction pour l'agneau tarnais dans les cantines du département
Les collégiens du département ont pu goûter l’agneau tarnais de qualité grâce à une opération de promotion portée par l’…
Le prix des terres ne connaît pas la crise en Occitanie
L’effet Covid a renforcé l’intérêt pour les terres de notre région. Mais, changement climatique oblige, le marché agricole se…
Vous avez jusqu'au 30 juin pour enregistrer les heures de DIF
Les heures cumulées sur le compte DIF et non utilisées sont transférables sur le compte personnel de formation (CPF) jusqu’au 30…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais