Aller au contenu principal

L’installation au cœur de la dernière session de la Chambre d’agriculture

Vendredi 17 juin, lors de la session de la Chambre d’agriculture du Tarn, un point complet sur l’installation a été fait avec des témoignages et une table ronde.

Sandrine Miot et Marius Boutonnet ont témoigné de leur expérience de nouvel installé lors de la session.
Sandrine Miot et Marius Boutonnet ont témoigné de leur expérience de nouvel installé lors de la session.
© Le Paysan Tarnais

Après la présentation et les discussions autour des éléments statutaires, la session de la Chambre d’agriculture de ce vendredi 17 juin a été consacrée à l’installation. L’idée était de mettre en avant les nouveaux enjeux liés à la création d’entreprise en milieu agricole. L’un des plus importants d’après l’économiste Loïc Steffan qui participait aux débats, étant le travail sur la recherche de la valeur ajoutée. Pour cet enseignant chercheur à l’Institut national universitaire Champollion les agriculteurs ont beaucoup évolué sur cette question ces dernières années. «Ils étudient de plus en plus les besoins pour proposer une offre en répon-se. Ce n’est ni plus ni moins que ce que l’on appelle du marketing. En agriculture comme dans les autres secteurs de l’économie, il faut être entrepreneur !»

L’expérience des deux jeunes agriculteurs venus témoigner lors de cette session illustre le rôle essentiel de cette question des marchés dans leur projet. Deux modèles économiques très différents, mais qui correspondent tous les deux à une stratégie d’entreprise bien définie. Sandrine Miot, installée en maraichage biologique sur la commune de Crespinet début 2014, a par exemple fait le choix des circuits courts. «Je commercialise environ 20 paniers par semaine. Je fais aussi quelques marchés. Pour moi, c’était essentiel de produire pour des gens que je vois, avec qui je peux ête en contact. C’est très épanouissant. En amont, cela demande beaucoup d’organisation pour mettre en place les différentes cultures et avoir toujours une offre suffisante. Il faut arriver à bien visualiser les choses.»

Marius Boutonnet, qui a rejoint l’exploitation familiale à Valdéries en 2013, s’est lui tourné vers les productions «intégrées». «Mon père fonctionnait avec 40 ha de SAU, une trentaine de limousines et un atelier de 100 places en veau de boucherie. Comme ce dernier était intéressant économiquement, nous avons décidé de le developper pour permettre mon installation qui s’est faite sans surface supplémentaire. Nous avons donc monté un bâtiment pour passer à 340 places en veaux de boucherie. Nous avons également démarré en parallèle un atelier de volailles. Avec quelques années de recul, je suis vraiment satisfait de ces choix. Sur le plan financier et personnel. Ce sont des productions qui demandent beaucoup de suivi, d’analyse. Il faut être très pointu dans la gestion, c’est très motivant.»

S. Lenoble

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais