Aller au contenu principal

L'invasion de mouches n'est pas un fléau uniquement estival...

Avec la douceur automnale, les mouches envahissent les élevages tarnais. Comment faire pour s’en débarrasser ? Eléments de réponse avec la Maison de l’élevage du Tarn.

© F. d'Alteroche (Reussir)

Les mouches sont à l’origine de nombreux problèmes sanitaires sur tous les élevages. Sur les troupeaux laitiers (vaches, brebis et chèvres) , elles entrainent des problèmes de mammites aussi bien en lactation qu’en période sèche (tarie), durant la traite avec le risque de chute des faisceaux trayeurs et donc derrière un impact sur la qualité du lait. Sur les animaux viandes, les mouches sont synonymes de GMQ beaucoup plus faibles.

Sur l’ensemble des animaux des problèmes au niveau des yeux avec risque de perte de la vue si l’on ne peut pas traiter suffisamment tôt, sur les animaux naissant des problèmes d’infection du cordon ombilical… et une gêne constante.

LA LUTTE

Afin de diminuer la lutte estivale il faut obligatoirement traiter contre les larves en sortie d’hiver avec des larvicides sur les litières surtout sur les parties qui ne sont pas tassées par les animaux : le long des murs, sous les abreuvoirs ou râtelier (ovin caprin...), vider les fumières et les fosses sinon là aussi utiliser des produits afin d’éviter la prolifération.

Le nettoyage régulier des bâtiments (les nurseries, les bergeries, stabulation, poulailler,…) permet de diminuer fortement la pression et la ponte à l’intérieur.

C’est le début de la protection des animaux pour l’été.

Ensuite, plusieurs systèmes permettent de lutter contre les adultes :

• le ruban englué très efficace en salle de traite ;

• les granulés (attention à son utilisation le mettre en hauteur) ;

• les pièges (sceau avec appât) ;

• les traitements sur les animaux ;

• traitement des murs.

Ce sont les plus connues et les plus utilisés.

MAIS IL EXISTE D’AUTRES MOYENS

• Les mini guêpes qui détruisent en pondant dans les larves des mouches. Elles sont à mettre en place en début de printemps pour être le plus efficace possible,

• Les boucles à mettre durant toute la période estivale et qui permet aux animaux en pâture d’être protégés,

• Les ventilateurs ou brasseur d’air aussi bien en salle de traite que dans le logement,

• Les lampes avec grille d’électrocution,

• Des peintures insecticides (murs ou plafond) qui détruit par contact (environ 3 ans) lorsqu’ils se po-sent,

• Les hirondelles, leurs laisser les anciens bâtiments accessibles.

LES MINI-GUÊPES, DES ALLIEES DE TAILLE

Présentes naturellement dans l’environnement mais à des effectifs néanmoins insuffisants pour inquiéter les mouches, il est donc essentiel d’effectuer des implantations. L’introduction de mini-guêpes nécessite un protocole strict pour fonctionner : agir tôt (février-mars), trouver les sites de pontes des mouches, et endroits propices à l’implantation, c’est-à-dire, pas trop ventilés, tempérés, pas trop humides… Après cette première année, l'entretien est variable en fonction des élevages et de la prise des mini-guêpes. Lors de la première année, le coût est relativement identique à celui de la lutte chimique, il diminue les années suivantes, si l’éleveur s’occupe lui-même de l’entretien.

Les mini-guêpes restent au sol au dessus des fumiers. Elles ne constituent donc pas une nuisance pour les bovins. Attention, ces auxiliaires sont par contre sensibles aux insecticides. Les traitements chimiques sont donc proscrits, sauf si on sectorise des zones. Par exemple, on peut utiliser les mini-guêpes dans les bâtiments d’élevage et avoir recours à une laque insecticide sur une devanture de magasin de vente directe. Des destructeurs électriques d'insectes volants avec plaques de glue peuvent être une solution complémentaire.

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Le plus court chemin pour se régaler à la cantine
La dixième édition du salon Rest & Co a permis aux producteurs et transformateurs tarnais de rencontrer les acheteurs de la…
L'élevage bovin tarnais à l'honneur sur les concours
Voici les résultats obtenus par les élevages tarnais engagés dans les concours nationaux blonde d’Aquitaine, gasconne des…
Gasconne : l'excellence tarnaise récompensée
L’élevage conduit par Évelyne et Serge Esteveny a été récompensé des Sabots d’or pour la deuxième fois de son histoire à l’…
Border Disease : dépister pour mieux lutter
Des analyses sur lait de tank sont proposées pour repérer la maladie. Le coût de cette opération est pris en charge par le…
75è congrès FNSEA : les trois défis de l'agriculture
Christiane Lambert a précisé aux 1 200 délégués présents et au ministre de l’Agriculture les trois défis auxquels l’agriculture…
Ail rose de Lautrec : une année compliquée après une année record
La récolte 2021 est marquée par de faibles rendements du fait, notamment, d’une météo compliquée. La qualité reste au rendez-vous.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais