Aller au contenu principal

Elevage
Marc Puech, éleveur ovins lait, au Fraysse : «La luzerne n’a que des avantages !»

Marc Puech est éleveur sur la commune du Fraysse. Cela fait bientôt 10 ans qu’il a investi dans un séchage en grange afin de fonctionner avec du foin de luzerne et arrêter les achats de correcteur azoté. Témoignage.

Marc Puech : "Pour moi, il n’y a aucun doute, la luzerne n’a que des avantages !"
Marc Puech : "Pour moi, il n’y a aucun doute, la luzerne n’a que des avantages !"
© Le Paysan Tarnais

Il y a bientôt 10 ans maintenant, que Marc Puech, éleveur ovins lait au Fraysse, a installé un séchage en grange sur son exploitation. «Je voulais supprimer les achats de correcteurs azotés. Pour cela, j’ai voulu baser la ration des brebis sur le foin de luzerne. Le séchage en grange s’est rapidement imposé pour sécuriser ce système. J’ai profité d’un CTE pour avoir une aide à l’investissement. Aujourd’hui, je suis complètement satisfait de ce changement d’alimentation. Pour moi, il n’y a aucun doute : la luzerne n’a que des avantages !»

 

Plante nutritionnellement riche, la luzerne résiste bien aux conditions sèches, elle demande très peu d’intrants et c’est un excellent précédent pour les céréales ! Que de demander de plus ? Marc Puech a rapidement atteint ses objectifs en terme d’autonomie alimentaire. «J’ai maintenu, à la baisse, les correcteurs azotés la première année. Je n’avais pas encore terminé la modification de l’assolement. Il me restait encore pas mal de ray-grass d’Italie. Dès la campagne suivante, j’avais la surface nécessaire en luzerne et j’ai décidé de supprimer totalement le tanné de la ration. Non sans inquiétude. Mais finalement, il n’y a eu aucun problème : on a même gagné 50 litres de lait par brebis.»

 

Pour Marc Marin, technicien ovin lait de la maison de l’élevage du Tarn qui suit cette exploitation, rien d’étonnant à ces résultats. «Le séchage en grange permet d’avoir un foin de luzerne d’excellente qualité. Dans ce système, la luzerne ne sèche pas au champ : elle peut être rentrée à 60% de MS. Elle est manipulée à minima pour conserver le plus de feuilles possible. Du coup, les chantiers se déroulent sur des fenêtres beaucoup plus courtes. On peut intervenir plus souvent et donc récolter au stade optimal de maturité de la plante.»



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Loup : tirs de défense, une priorité pour la FDSEA
Deux élevages ovins d’Anglès ont été visités par la préfète et les représentants de la profession pour organiser la lutte contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais