Aller au contenu principal

Marché de Carmaux : les raisons d'un succès

Le marché de Carmaux a été créé en 1826. Il est très actif et attire de nombreux marchands et producteurs.

Le marché de Carmaux a été créé en 1825 par Claude Paliès, alors maire de Carmaux. Ici, une photo datant du début du XX° siècle.
Le marché de Carmaux a été créé en 1825 par Claude Paliès, alors maire de Carmaux. Ici, une photo datant du début du XX° siècle.
© Mairie de Carmaux

Le 29 mai 1825, le conseil municipal délibère et Claude Paliès, alors maire de Carmaux, prend la parole. Les archives municipales possèdent des extraits des délibérations de l'époque. Il fait observer à l'assemblée "qu'il serait d'un très grand avantage pour la commune et pour les communes environnantes, qu'il fut établi à Carmaux un marché tous les vendredi de chaque semaine, où tous les environs pourraient porter leurs denrées, les fruits et notamment les châtaignes dont il se fait un grand commerce dans la contrée. Qu'il en ressortirait un très grand avantage pour les commerçants environnants qui se rendraient à Carmaux pour y tenir le marché du vendredi ". Le marché est proposé en 1826 et créé un an plus tard.
Les châtaignes ne font plus aujourd'hui partie des produits les plus vendus sur le marchés. Fruits, légumes, produits du terroir, viandes, poissons mais aussi vêtements ou tissus, le marché de Carmaux est très important.
Il attire chaque semaine des centaines d'habitués et pendant les vacances scolaires, il permet aux touristes de découvrir les productions locales et le dynamisme de la ville. Si bien qu'aujourd'hui, le marché du vendredi à Carmaux est connu pour être l'un des meilleurs de Midi-Pyrénées. Il occupe la deuxième position en terme d'importance après celui de Tarbes.

Complémentarité

Dario Nunès, agriculteur et élu à la mairie de Carmaux, est notamment en charge de l'organisation du marché. "Il faut y travailler tous les jours. On se met beaucoup à la disposition des vendeurs et c'est très apprécié. Nous avons deux placiers qui travaillent très bien. Le droit de place est également relativement peu cher." Voilà les raisons du succès du marché de Carmaux.
Et Dario Nunès connaît bien le sujet. "Ce n'est pas facile d'avoir un marché actif et qui se déroule bien. Nous avons de la chance car le monde agricole y participe beaucoup. Nous nous battons toujours pour le développer encore, en attirant d'autres commerçants par exemple ou en organisant des animations."
Alain Espié, maire de Carmaux, a également conscience des améliorations à apporter à ce rendez-vous incontournable. "Nous devons travailler à une rationalisation des emplacements, explique le premier élu de la commune. Le marché, tel qu'il est aujourd'hui, manque d'air. " La municipalité souhaiterait élargir les allées tout en gardant le même nombre de commerçants présents le vendredi matin. Les élus ont toujours cherché au travers des différents plans de réorganisation de la ville à préserver le marché, les fêtes et les cirques en centre-ville. " C'est un moyen de créer de l'animation et une émulation entre le marché et les commerçants sédentaires du centre-ville." La ville organisait éga- lement cet été des marchés nocturnes les mercredis soir sur la place Jean Jaurès. Là encore, les équipes municipales ont démontré leur savoir-faire dans l'organisation de tels événements. Chaque soirée fut un grand succès. Une labellisation "marché des producteurs de pays", marque des chambres d'agriculture, est un souhait évoqué par certains. Elle apporterait à ces rendez-vous une nouvelle dimension encore plus locale, pour valoriser les productions du canton et, plus largement, du Ségala.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
La filière ovine montre tout son potentiel aux jeunes
Une cinquantaine d’élèves des établissements d’enseignement agricole de la région ont participé à la 17ème finale…
Loup : tirs de défense, une priorité pour la FDSEA
Deux élevages ovins d’Anglès ont été visités par la préfète et les représentants de la profession pour organiser la lutte contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais