Aller au contenu principal

Mathieu Vieules, à Villeneuve-sur-Vère, "la truffe pour le plaisir et la passion"

Mathieu Vieules, viticulteur au domaine de Philemon à Villeneuve-sur-Vère a planté ses premiers chênes truffiers en 1989...

Mathieu Vieules a planté ses premiers chênes truffiers en 1989.
Mathieu Vieules a planté ses premiers chênes truffiers en 1989.
© Le Paysan Tarnais

Mathieu Vieules, viticulteur au domaine de Philemon à Villeneuve-sur-Vère a planté ses premiers chênes truffiers en 1989, à un moment où la filière renaissait en France et ou la nouvelle technique de mycorhization faisait son apparition. Les plants d'après 1998 étaient en effet d'une meilleure qualité. « Il y avait déjà des truffier sur le secteur. Quand j'étais petit, on allait chercher les truffes sauvages. J'ai planté petit à petit sur des parcelles autour de la maison. » Mathieu Vieules plante donc à plusieurs années d'intervalle, en 1994, 1996, 1997. Il devient trésorier adjoint du syndicat des trufficulteurs du Tarn. Mais le travail de la vigne le détourne un peu du champignon et il délaisse un peu ses plantations et l'activité du syndicat. En 1999 il replante une petite parcelle, puis en 2002 et 2004 : quelques dizaines d'arbres à chaque fois.
Vient le temps des récolte pour les premières plantations... « Sur les parcelles que j'ai planté avant 1994, je n'ai quasiment rien récolté... Les plantations de 1997 ont commencé à produire en 2003. Celles-ci sont un peu plus prometteuses. J'ai essayé de changer de pépiniéristes pour me fournir les plants. C'est plus facile aujourd'hui et l'adhésion au syndicat permet d'avoir des contacts et une petite remise sur les plants. »

Trufficulteur par passion
Sur les terrains où il a planté les chênes truffiers, Mathieu Vieules n'a pas la possibilité d'irriguer. C'est sans doute ce qui explique que sa production n'est pas exceptionnelle. « Je mets bien de temps en temps l'équivalent d'une tonne à eau sur les truffière mais cela ne fait pas le même effet qu'un système d'irrigation par goutte-à-goutte par exemple » analyse le producteur. Et puis le jeune viticulteur ne souhaite pas pratiquer une trufficulture intensive. « On ne remplacera pas les orages de juillet et d'aôut, qui sont très bénéfiques pour la truffe. Malheureusement, ils sont de moins en moins nombreux » fait-il remarquer...

Envie d'en savoir plus ? Retrouvez l'article complet dans le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Lait : en manque de visibilité, Sodiaal fixe le prix du lait à 420 €/1000 l pour 3 mois

En manque de visibilité sur la capacité de la coopérative à répercuter l’inflation sur ses clients d’ici au 1er

Aides exceptionnelles à l’embauche d’alternants prolongées jusqu’à la fin de l’année 2022

Le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, a annoncé le 24 mai, une prolongation…

La FDSEA et les JA auditionnent les futurs députés
À la veille des élections de juin, les candidats plaideront leur cause devant les agriculteurs le mercredi 8 juin à Montredon-…
Aide à l'alimentation animale : il reste 15 jours
Si votre poste alimentation dépasse 10% de vos charges et 3 000 €, vous pouvez demander cette nouvelle aide. Cette téléprocédure…
Les premiers échos de la moisson dans le Tarn
Peu de cultures semblent avoir résisté à la météo et les rendements sont très hétérogènes.
2021, une année sombre pour les producteurs d'ail rose
Réuni en assemblée générale le 31 mai à Vénès, le syndicat de défense du label rouge et de l’IGP veut croire en des jours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais