Aller au contenu principal

Mathieu Vieules, à Villeneuve-sur-Vère, "la truffe pour le plaisir et la passion"

Mathieu Vieules, viticulteur au domaine de Philemon à Villeneuve-sur-Vère a planté ses premiers chênes truffiers en 1989...

Mathieu Vieules a planté ses premiers chênes truffiers en 1989.
Mathieu Vieules a planté ses premiers chênes truffiers en 1989.
© Le Paysan Tarnais

Mathieu Vieules, viticulteur au domaine de Philemon à Villeneuve-sur-Vère a planté ses premiers chênes truffiers en 1989, à un moment où la filière renaissait en France et ou la nouvelle technique de mycorhization faisait son apparition. Les plants d'après 1998 étaient en effet d'une meilleure qualité. « Il y avait déjà des truffier sur le secteur. Quand j'étais petit, on allait chercher les truffes sauvages. J'ai planté petit à petit sur des parcelles autour de la maison. » Mathieu Vieules plante donc à plusieurs années d'intervalle, en 1994, 1996, 1997. Il devient trésorier adjoint du syndicat des trufficulteurs du Tarn. Mais le travail de la vigne le détourne un peu du champignon et il délaisse un peu ses plantations et l'activité du syndicat. En 1999 il replante une petite parcelle, puis en 2002 et 2004 : quelques dizaines d'arbres à chaque fois.
Vient le temps des récolte pour les premières plantations... « Sur les parcelles que j'ai planté avant 1994, je n'ai quasiment rien récolté... Les plantations de 1997 ont commencé à produire en 2003. Celles-ci sont un peu plus prometteuses. J'ai essayé de changer de pépiniéristes pour me fournir les plants. C'est plus facile aujourd'hui et l'adhésion au syndicat permet d'avoir des contacts et une petite remise sur les plants. »

Trufficulteur par passion
Sur les terrains où il a planté les chênes truffiers, Mathieu Vieules n'a pas la possibilité d'irriguer. C'est sans doute ce qui explique que sa production n'est pas exceptionnelle. « Je mets bien de temps en temps l'équivalent d'une tonne à eau sur les truffière mais cela ne fait pas le même effet qu'un système d'irrigation par goutte-à-goutte par exemple » analyse le producteur. Et puis le jeune viticulteur ne souhaite pas pratiquer une trufficulture intensive. « On ne remplacera pas les orages de juillet et d'aôut, qui sont très bénéfiques pour la truffe. Malheureusement, ils sont de moins en moins nombreux » fait-il remarquer...

Envie d'en savoir plus ? Retrouvez l'article complet dans le Paysan Tarnais !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Julien Denormandie à l'écoute de la ferme Tarn
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a passé une journée complète dans le Tarn, vendredi 14 janvier. Pas de grandes…
Pac 2023 : après 67 ans, l'agriculteur choisira entre aide Pac et retraite

Comme cela était pressenti, le ministre de l'Agriculture a finalement ouvert davantage que cela était prévu en septembre la…

Toujours plus de bouches à nourrir dans le Tarn
Avec 5 933 185 habitants au 1er janvier 2019, l’Occitanie est la 5e région de France la plus…
Le lycée de Flamarens accueille les 17èmes Ovinpiades
Le 20 janvier, 62 jeunes élèves de 12 établissements agricoles de la région vont tenter de décrocher leur ticket pour la finale…
Bilan hydrologique : l'année 2021 dans la moyenne
De l’hiver à l’automne, les épisodes de tension sur le Tarn se sont fait rares mais assez intenses. Voici ce qu’il faut retenir…
Le Département veut aller plus vite avec ambition et audace
Le Président du Conseil départemental, Christophe Ramond, a présenté ses vœux à la presse pour 2022. Cap sur les investissements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais