Aller au contenu principal

Moisson 2019 : vers des rendements records et de qualité ?

Trois semaines après l’arrivée des batteuses dans les parcelles d’orge, la moisson des céréales dans le Tarn affiche des chiffres satisfaisants et de bonnes surprises.

© Le Paysan Tarnais

Alors que les orages violents de ces derniers jours apportent leur lot d’incertitude pour d’autres cultures, le bilan en céréales à paille s’annonce positif et sans déception. Selon Régis Hélias, ingénieur régional Arvalis Occitanie, «ce sont les conditions de fin de cycle qui ont fait la différence.» La récolte des orges, démarrée entre le 18 et le 20 juin, est à présent terminée. «C’est plutôt une bonne année», constate l’expert qui recense des zones où «la qualité et le rendement attendus ont été dépassés.» Dans la fourchette basse, on a mesuré 60 quintaux/ha mais certains agriculteurs ont touché les 100 quintaux. Ces scores s’accompagnent d’«un PS qui va tourner autour de 67 en moyenne» d’après les retours du terrain. Les essais Arvalis et les organismes stockeurs font également état de ces bons scores.

Même son de cloche pour les blés qui sont récoltés à 70 % dans le département. Les tendances sont bonnes partout et aucun décrochage d’une micro-région à l’autre n’a été observé. Seules quelques craintes restent à dissiper pour les variétés tardives. Selon Régis Hélias, elles peuvent avoir souffert de la canicule. Les premiers résultats sont bons dans le secteur du Lauragais avec des blés qui atteignent 80 à 82 de PS. Malgré ces forts rendements, certains agriculteurs se sont prémunis du risque de baisse du taux de protéine. «Ceux qui ont bien suivi les préconisations des outils de pilotage de l’azote ont maintenu les objectifs. En blé panifiable, on a mesuré 12,5 % et 14 % pour le blé de force. Ces bons chiffres découlent de l’apport au stade gonflement où certains ont apporté 70 unités alors qu’en temps normal, ils auraient fertilisé avec 40 unités», souligne Régis Hélias.

Dans l’ensemble, la qualité sanitaire devrait être bonne. Ceci «malgré les pluies régulières du printemps, qui auraient pu produire davantage de fusariose sur épi. C’est plutôt rassurant», constate le technicien. La prudence est de mise pour des blés et des triticales semés à moyenne altitude qui peuvent avoir souffert de l’arrivée de la canicule en fin de développement. Néanmoins, à l’image du Sud-Ouest, le Tarn participe à la construction d’une moisson record !

F. Roussel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Les brebis en prison, les loups en liberté
L’Etat a dit que le loup était compatible avec l’élevage. “A vous de gérer M. le Préfet” préviennent les éleveurs tarnais, lors…
Prévention et retraite au cœur des débats
Réunis en assemblée générale à Cap Découverte dans le Carmausin, les délégués territoriaux de la MSA MPN sont revenus sur l’…
Le concours des vins du Gaillac reprend ses bonnes habitudes
Après deux années contrariées par la pandémie de covid, le concours des vins de Gaillac et du Tarn a repris ses quartiers à la…
Le préfet à la rencontre des arboriculteurs
Jeudi dernier aux Vergers de Penne, le représentant de l’État, François-Xavier Lauch, a pleinement mesuré les conséquences des…
Vers une nouvelle charte tarnaise des ZNT
Le cadre réglementaire local doit être corrigé suite à sa remise en cause à l’échelon national.
Merci Asat, bonjour La ferme tarnaise sur votre table !
Au sein de leur nouvelle association, les producteurs préparent l’ouverture des casiers connectés.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais