Aller au contenu principal

«Nous sommes un syndicat responsable et sérieux» rappelle Philippe Jougla

Trois questions à Philippe Jougla, président de la FDSEA du Tarn, à l’occasion de l’assemblée générale du syndicat qui se déroule ce vendredi 31 janvier à la Maison des agriculteurs.

© Le Paysan Tarnais

> Avec la charte riverains qui vient d’être signée dans le Tarn, et Hervé Lapie du bureau national FNSEA qui vient parler du dialogue avec la société, peut-on dire que la communication avec les citoyens est le gros dossier du moment pour la profession ?

«Non. Le vrai sujet d’actualité ce sont les prestations pour services environnementaux (PSE). La charte est l’outil principal pour désamorcer les conflits qui peuvent exister avec les riverains. Mais nous souhaitons ouvrir d’autres voix d’échanges avec la société, et j’espère que la prochaine équipe s’investira fortement pour ces PSE. Cela doit permettre de renforcer le dialogue avec la société tout en apportant une source de financement supplémentaire sur les exploitations.»

> À l’occasion de la venue d’Hervé Lapie, membre du bureau de la FNSEA, quel message souhaitez-vous faire passer au national ?

«Le message de la FDSEA du Tarn, depuis plusieurs mandats, est de montrer que nous sommes un syndicat responsable qui porte ses dossiers du début à la fin et que, par conséquent, nous devons être pris au sérieux. Pour la zone vulnérable, on a réussi à sortir quarante-deux communes du zonage 2019, pour la zone défavorisée on a apporté des arguments qui ont été entendus, etc. Tout cela donne l’image d’une FDSEA du Tarn sérieuse qui se mobilise toujours à bon escient.»

> 2020 est une année élective pour la FDSEA. Que souhaitez-vous pour la prochaine mandature ?

«Mon premier souhait, en tant que président sortant, est un renouvellement et un engagement forts au sein du conseil d’administration. J’aimerais que, pour le prochain mandat, l’équipe en place se saisisse de quatre sujets et les emmène le plus loin possible. Ces sujets, ce sont les PSE, la réforme de la Pac avec la question des ecoschemes, l’irrigation encore et toujours, et la question des produits phytosanitaires. Si une équipe se sent fortement investie, nous pouvons aussi aller vers la communication au plus près avec nos voisins sur nos pratiques culturales et d’élevage.»

Propos recueillis par D. Monnery

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le Paysan Tarnais

Les plus lus

Modèle 6150 de chez Case IH : Confort et efficacité
Agriculteur à Rabastens, Emmanuel Todeschi moissonne 740 ha dont 200 ha sur l’exploitation. Lors des périodes de moissons, il…
Au Mas d’Aurel, l’histoire de famille perdure dans le temps 
Pour le primeur 2022, le domaine du Mas d’Aurel, à Donnazac, accueillera le public dès le jeudi 17 novembre. L’occasion de…
Influenza aviaire : 106 communes tarnaises sous protection
La préfecture a signé ce mardi 22 novembre un arrêté mettant fin à la zone réglementée temporaire et définissant trois zones.…
Le vignoble gaillacois à l'honneur pour le primeur
Comme chaque année, le programme des festivités pour fêter l’arrivée du Gaillac Primeur sera riche en 2022. L’occasion de…
Création de retenue : un réel frein économique
Jeudi dernier à Lautrec, le préfet du Tarn François-Xavier Lauch était en visite sur l’exploitation de Jean-Marc Requis, qui a…
A69 : le territoire se prépare à l’arrivée de l’autoroute
Le comité de développement territorial a pour objectif de fédérer tous les acteurs concernés par la construction de l’A69.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 87€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site le Paysan Tarnais
Consultez le journal le Paysan Tarnais au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal le Paysan Tarnais